International
URL courte
16621
S'abonner

La chancelière fédérale allemande Angela Merkel a fait savoir que son pays ne prendrait pas part à d'éventuelles frappes visant la Syrie, affirme le journal Die Welt.

L'Allemagne ne compte pas se joindre à d'éventuelles opérations militaires menées sur le territoire syrien, a annoncé jeudi la chancelière fédérale Angela Merkel citée par Die Welt.

«Merkel déclare que l'Allemagne ne prendra pas part à de possibles actions militaires en Syrie», indique le journal.

Dans le même temps, la chancelière a souligné que Berlin «mettait tout en œuvre pour démontrer que l'usage d'armes chimiques était inacceptable».

Auparavant, la partie américaine avait brandi la menace de frappes sur la Syrie en réponse à la présumée attaque chimique du 7 avril dernier à Douma. Ainsi, Donald Trump avait appelé la Russie à se tenir prête à intercepter les missiles «beaux, nouveaux et intelligents» au-dessus du territoire syrien et à cesser de soutenir Bachar el-Assad.

Le Pentagone s'est déclaré «prêt» à présenter des options militaires pour frapper la Syrie. Pourtant, la porte-parole de la Maison-Blanche Sarah Sanders a ensuite fait savoir que la décision finale n'avait pas été prise.

The Daily Telegraph a annoncé que Theresa May avait ordonné d'envoyer des sous-marins britanniques opérant en Méditerranée à distance de frappe de la Syrie.

Le Président Macron a pour sa part fait savoir que Paris prendrait ses décisions sur la Syrie «en temps voulu» et au moment le «plus utile et efficace».

Lire aussi:

Orage dans le Doubs: des grêlons géants brisent tout – photos
Paris: une femme heurtée par une trottinette électrique est dépouillée avant de mourir
Covid-19: «la stratégie de la peur», dernier outil d’«une élite dépassée»? – vidéo
«J'ai vu la pression d'un vestiaire»: des sportifs français évoquent la difficulté de révéler leur homosexualité
Tags:
opération militaire, armes chimiques, Donald Trump, Bachar el-Assad, Angela Merkel, Syrie, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook