Ecoutez Radio Sputnik
    Ordinateur

    Contre-espionnage de masse: la Chine met au point un site de dénonciations

    CC0 / Pixabay
    International
    URL courte
    4111

    Les autorités chinoises offrent désormais à tous les volontaires la possibilité de faire de la délation concernant des individus soupçonnés d’espionnage, grâce à un nouveau site disponible en deux langues. Cette plateforme promet une rémunération aux dénonciateurs, sans pour autant préciser son montant.

    Le ministère chinois de la Sécurité nationale a lancé dimanche un site en mandarin et en anglais afin d'encourager les Chinois à rapporter les cas d'espionnage étranger qui visent à «faire tomber le système socialiste».

    Le site www.12339.gov.cn appelle ses utilisateurs à informer les autorités des tentatives entreprises par des citoyens chinois ou étrangers qui entendent offrir des pots-de-vin à des responsables chinois, organiser des émeutes armées ou encourager le séparatisme ethnique.

    D'après ce site, les dénonciateurs seront rémunérés pour la découverte d'équipement d'espionnage et pour des renseignements sur des individus soupçonnés d'acheter ou de vendre des secrets d'État. Les plaintes peuvent être déposées tant en chinois qu'en anglais.

    Le montant de la rémunération n'est pas précisé. Le bureau de la Sécurité Nationale de Pékin rémunérait de 10.000 à 500.000 yuans (de 1.500 à 73.000 dollars) des renseignements sur les espions, a fait savoir en avril dernier Beijing Daily.

    A l'occasion de la Journée de l'éducation sur la sécurité nationale, qui a été célébrée le 15 avril, le ministère a également diffusé un dessin animé intitulé «Un ami masqué» afin d'illustrer un comportement suspect. Cette vidéo porte sur un étranger qui représente une ONG spécialisée en promotion des droits «occidentaux» parmi les ouvriers. Cet individu offrait des pots-de-vin aux responsables chinois afin d'organiser des séminaires et de convaincre les ouvriers de lutter pour leurs droits. Un ouvrier vigilant a rapporté l'organisation de ces «émeutes». Selon les autorités chinoises, de telles manifestations sont illégales.

    En 2016, le ministère chinois de la Sécurité nationale a réalisé un autre dessin animé qui mettait les Chinois en garde contre les liaisons amoureuses avec les étrangers qui, selon lui, constituaient un moyen d'obtenir des secrets d'État.

    Lire aussi:

    La Chine accuse l’Australie d’espionnage
    Après les «hackers russes», une «pression politique dissimulée» de Pékin?
    En Chine, une récompense alléchante pour dénoncer les espions étrangers
    Tags:
    site, secret, contre-espionnage, Pékin, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik