International
URL courte
Attaque chimique présumée à Douma (81)
29653
S'abonner

La mission de l’OIAC en Syrie a été reportée à cause d’un échange de tirs à Douma, relate Reuters.

Le travail de la mission de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) dans la ville syrienne de Douma a été reporté à cause d'un échange de tirs survenu dans cette ville, relate mercredi l'agence Reuters.

Les inspecteurs sur les armes chimiques ont dû reporter leur visite sur le site d'une attaque présumée à l'arme chimique après qu'une équipe de sécurité de l'Onu a signalé des tirs sur place, ont informé des sources de Reuters. Les détails sur la fusillade sont flous, mais les inspecteurs de l'OIAC ont fait preuve de prudence.

Mardi, l'agence de presse syrienne Sana a annoncé l'arrivée d'experts de l'OIAC à Douma, dans la région de la Ghouta orientale, pour enquêter sur la présumée attaque chimique menée par Damas.

Les pays occidentaux soutiennent qu'une attaque chimique a eu lieu le 7 avril à Douma, près de la capitale syrienne. La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma publiées par les Casques blancs sur les réseaux sociaux.

Damas a qualifié de peu convaincantes les accusations contre l'armée syrienne liées aux armes chimiques. La partie syrienne a plus d'une fois souligné que tout son arsenal chimique avait été évacué du pays en 2014 sous le contrôle de l'OIAC.

Dossier:
Attaque chimique présumée à Douma (81)

Lire aussi:

Pour Macron, «le pic de la seconde vague est passé», une «nouvelle étape» s'annonce
L'ancien international de rugby Christophe Dominici retrouvé mort dans les Hauts-de-Seine
Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Un policier fait un croche-pied à un migrant lors de l'évacuation place de la République – vidéo
Tags:
tirs, OIAC, Douma, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook