Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine et Donald Trump lors du sommet de l'APEC

    Trump outré par le délai de la réponse faite aux félicitations de Poutine

    © Sputnik . Michael Klimentyev
    International
    URL courte
    271238

    Après l’investiture de Donald Trump, Vladimir Poutine qui avait été le premier leader étranger à le féliciter n’a reçu une réponse que six jours plus tard. Mais ce n’était pas le Président américain qui avait décidé de faire attendre son homologue russe. La responsabilité incombe à son conseiller à la sécurité nationale.

    En janvier 2017, après l'investiture de Donald Trump, le nouveau Président américain n'a pas été informé immédiatement du coup de fil de Vladimir Poutine et a ainsi fait attendre sa réponse pendant six jours, informe The Guardian en se référant à une note de l'ex-directeur du FBI James Comey rendue publique vendredi. Selon ce dernier, le locataire de la Maison-Blanche en a imputé la faute à Michael Flynn, son ancien conseiller à la sécurité nationale.

    La vérité s'est révélée lors d'un déjeuner de Donald Trump avec Theresa May lorsque le Président américain l'a remerciée pour avoir été la première à le féliciter de son investiture. M.Flynn a alors fait remarquer que c'était le Président russe qui avait téléphoné le premier. Selon The New York Times, la rencontre avec la Première ministre britannique a été organisée avant que Donald Trump ne rappelle Vladimir Poutine, en violation des règles du protocole et uniquement dans le but de satisfaire un allié américain.

    Donald Trump a été enragé par ce délai, indiquant que six jours n'étaient pas une durée appropriée pour faire attendre le leader d'un autre pays. Le nom de ce leader n'était toutefois pas précisé dans la note de M.Comey. Mais, selon The Associated Press et d'autres médias, il s'agit de Vladimir Poutine.

    Dans son livre de mémoires paru en librairie la semaine dernière, James Comey a également révélé que le Président américain refusait de dénoncer la politique de son homologue russe, et ce même au cours des conversations privées entre les deux leaders.

    Lire aussi:

    Trump réfute tout «complot» avec la Russie et accuse Comey de fuites
    Trump : «James Comey a divulgué des informations classifiées aux médias»
    Comey dévoile ce qu'il croit être la raison de son limogeage
    Tags:
    conversation, appel, investiture, Michael Flynn, Donald Trump, Theresa May, James Comey, Vladimir Poutine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik