International
URL courte
24554
S'abonner

Après que mercredi des représentants des autorités américaines ont fait irruption dans le consulat russe fermé de Seattle, la diplomatie russe a fermement protesté contre la saisie de sa propriété sur le sol américain et a exigé que les bâtiments de ses missions diplomatiques lui soient restitués.

La Russie réclame que ses six biens diplomatiques aux États-Unis lui soient restitués, a déclaré jeudi lors d'un point de presse la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova.

«De notre côté, nous exigeons que nos six bâtiments, propriété diplomatique russe saisie par les États-Unis, nous soient rendus. On ne nous permet même pas d'y entrer pour vérifier le fonctionnement des services publics.»

En cela, Mme Zakharova a qualifié l'irruption des autorités américaines dans le Consulat général russe, récemment fermé, à Seattle, de situation «absolument scandaleuse, horrible et sans précédent»:

«Il n'y a jamais rien eu de tel dans l'histoire de nos relations bilatérales, c'est certainement une violation flagrante des normes internationales fondamentales de la part des États-Unis», a-t-elle mis en valeur.

Évoquant les tentatives du gouvernement américain de s'excuser, Mme Zakharova a souligné que la Russie n'avait jamais conduit de perquisitions démonstratives dans le Consulat général américain à Saint-Pétersbourg.

Mercredi, des représentants du gouvernement américain ont cassé les serrures de l'entrée principale du Consulat général de Russie à Seattle ont pénétré dans la résidence, propriété russe, que les diplomates avaient fermé et quitté la veille à la demande des États-Unis.

Le 26 mars, les autorités américaines avaient annoncé la fermeture du consulat général de Russie à Seattle en solidarité avec Londres, qui accuse Moscou de tentative d'assassinat de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia au Royaume-Uni.

Washington a également annoncé l'expulsion de 48 diplomates russes et de 12 employés de la représentation russe au siège de l'Onu à New York.

Le 4 mars dernier, Sergueï Skripal et sa fille ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves tangibles pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

Lire aussi:

Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Le corps d’un homme mort depuis six ans découvert grâce… à des pigeons
Macron au Liban: cette «déambulation dans les rues ressemblait plus à une campagne à l’adresse des Français»
Une pétition demande un placement du Liban sous mandat français pendant dix ans
Tags:
propriété diplomatique, diplomates, restitution, ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, Seattle, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook