Ecoutez Radio Sputnik
    Frappes en Syrie

    Moscou nomme l'objectif de l'Occident dans la crise syrienne

    © AP Photo / Hassan Ammar
    International
    URL courte
    21502

    Les pays occidentaux se servent de la rhétorique humanitaire en vue de cacher leurs plans de morceler la Syrie, a annoncé le vice-chef de la diplomatie russe.

    Washington, Londres et Paris évoquent des problèmes d'ordre humanitaire pour dissimuler leurs projets visant à diviser la Syrie, a déclaré vendredi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov.

    «Les USA, le Royaume-Uni et la France ont démontré que la rhétorique humanitaire et les tentatives de justifier leur présence en Syrie par le besoin de défaire les djihadistes leur étaient nécessaires pour dissimuler leurs projets de morceler le pays», a estimé le vice-chef de la diplomatie russe.

    Il a également souligné que Moscou était préoccupé par la politique agressive des États-Unis et de leurs partenaires à l'égard de la Syrie, destinée à attiser les tensions dans ce pays ravagé par la guerre.

    Auparavant, les pays occidentaux avaient accusé Damas d'avoir lancé une attaque chimique sur la ville de Douma dans la Ghouta orientale avant de brandir la menace de frappes sur le pays. Moscou a pour sa part démenti les informations faisant état du largage d'une bombe au chlore par l'armée syrienne à Douma.

    Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont effectué des frappes de missiles contre des sites syriens utilisés selon eux pour la production d'armes chimiques.

    Lire aussi:

    La Russie empêchera un nouveau recours à la force contre Damas
    Washington, Londres et Paris mènent une guerre contre l'OIAC
    «Contenir l'agression»: à quoi serait prêt Moscou après les frappes contre la Syrie?
    Tags:
    attaque chimique, crise syrienne, crise humanitaire, Mikhaïl Bogdanov, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik