International
URL courte
3231
S'abonner

La Chine et les États-Unis auraient convenu d'un armistice dans leur guerre commerciale, alors que des droits de douane prohibitifs auraient pu entrer en vigueur dès le 22 mai sur 50 milliards de dollars d'exportations chinoises vers l’Amérique. Sputnik s’en est entretenu avec le vice-président d’un groupe sidérurgique chinois.

Le Président Donald Trump a exigé que Pékin réduise de 200 milliards de dollars son excédent commercial bilatéral. De son côté, lors des négociations à Washington, la délégation chinoise conduite par le vice-Premier ministre Liu He a promis d'augmenter les importations de produits américains en Chine sans fixer pour autant d'objectif chiffré.

En marge des travaux du Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF), Sputnik a demandé à Xu Xiangchun, vice-président du China Metallurgical Group, de commenter les résultats des négociations commerciales du vice-Premier ministre chinois Liu He à Washington.

«La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine ne peut plus continuer, et c'est une très bonne nouvelle pour nous», a déclaré à Sputnik le vice-président du groupe sidérurgique chinois.

Et de reconnaître que la coopération avec les États-Unis était importante car elle pourrait contribuer au développement qualitatif de l'économie chinoise, ainsi qu'aux efforts américains visant à réduire le déficit de Washington dans le commerce avec Pékin.

«Et même si des différents commerciaux éclatent de nouveau entre ces deux pays, je pense qu'ils ne pourront pas affecter les relations économiques et commerciales entre la Russie et la Chine qui ont été, sont et seront très bonnes. Grâce aux relations particulières entre nos deux pays, le climat d'investissement et le soutien gouvernemental sont actuellement à un niveau très élevé, et il y a aussi une multitude de conditions avantageuses en la matière», a relevé M.Xu.

Intervenant lors d'une session plénière du 22e Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF), le vice-Président chinois Wang Qishan a déclaré que la Chine ne voulait pas de guerre commerciale avec les États-Unis parce qu'il n'y aurait pas de vainqueurs.

Le second round de négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine s'est déroulé les 17 et 18 mai à Washington. C'était une tentative de trouver un compromis au conflit commercial entre Pékin et Washington. Selon M.Liu, les parties ont convenu de ne pas participer à une guerre commerciale et de promouvoir leur coopération commerciale dans des domaines tels que l'énergie, l'agro-industrie, la santé, les hautes technologies et la finance.

Lancé en 1997, le Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF), souvent surnommé le «Davos russe», est devenu l'une des principales plateformes mondiales de brainstorming sur les problèmes économiques clés auxquels la Russie et le monde sont confrontés.

La 22e édition du SPIEF se tient du 24 au 26 mai 2018 dans la «capitale du nord» de la Russie sur le thème «Construire une économie de confiance».

Lire aussi:

Macron: «les images de l'agression» du producteur à Paris «sont inacceptables et nous font honte»
Un scientifique nucléaire iranien de haut rang assassiné près de Téhéran - images
Une octogénaire étranglée, dépouillée et enfermée dans un placard, près de Calais
Tags:
agroalimentaire, investissements, déficit, hautes technologies, énergie, coopération, guerre commerciale, Forum économique international de Saint-Pétersbourg, Wang Qishan, Xu Xiangchun, Liu He, Donald Trump, Saint-Pétersbourg, Russie, Washington, États-Unis, Pékin, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook