Ecoutez Radio Sputnik
    PSA Peugeot Citroen

    Le français PSA se retire d'Iran en raison des sanctions US

    © AFP 2018 Samuel Kubani
    International
    URL courte
    9215131

    Le constructeur automobile français PSA a indiqué préparer son retrait d'Iran afin de respecter l'embargo imposé par Washington à l'encontre de Téhéran après son désengagement de l'accord sur le nucléaire iranien.

    Sur fond de nouvelles sanctions imposées par Washington à l'encontre de Téhéran, le français PSA a annoncé son intention de se retirer de la République islamique, qui représente son premier marché étranger en volume.

    Dans un communiqué diffusé lundi, le groupe, dont les marques Peugeot et Citroën avaient formé en Iran des sociétés communes, indique avoir commencé le processus de suspension des activités de ses coentreprises, afin de se conformer à la loi américaine d'ici le 6 août 2018».

    En 2017, PSA a vendu 444.600 véhicules en Iran. Selon Business France, le marché iranien pourrait tripler de taille d'ici 2030 à trois millions d'unités par an, dépassant ainsi le marché français.

    Auparavant, le groupe français Total avait annoncé son retrait du projet gazier South Pars 11 destiné à répondre aux besoins du marché intérieur iranien. Le groupe a reconnu «ne pas pouvoir se permettre d'être exposé à des sanctions secondaires américaines, qui pourraient comprendre la perte des financements en dollars par des banques américaines».

    Le 8 mai dernier, Donald Trump a annoncé que son pays se retirait de l'accord signé en 2015 entre des grandes puissances et l'Iran, qui avait accepté d'abandonner son programme nucléaire en échange de la levée d'une partie des sanctions internationales.

    Les États-Unis ont ainsi rétabli leurs sanctions visant l'Iran ainsi que les entreprises ayant des liens avec Téhéran qui ont jusqu'à 180 jours pour se retirer de la République islamique.

    Lire aussi:

    Macron abandonne-t-il les entreprises françaises en Iran?
    Accord nucléaire: l’Europe veut-elle «entraîner l’Iran dans un piège économique»?
    Bruno Le Maire: «les USA n'ont pas à être le gendarme économique de la planète»
    Tags:
    retrait, sanctions, PSA Peugeot Citroën, Total, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik