Ecoutez Radio Sputnik
    Sputnik

    Aux États-Unis, les médias russes pointés du doigt pour… dire la vérité?

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    14195

    L'ancienne directrice adjointe du département américain de la Sécurité intérieure, Suzanne Spaulding, a accusé les médias russes de dire la vérité, et ce, non dans le but d’aider les Américains à s’améliorer, mais afin de les affaiblir.

    Suzanne Spaulding, experte en sécurité nationale auprès du Centre pour les études stratégiques et internationales (CSIS) et ancienne directrice adjointe du département américain de la Sécurité intérieure, a évoqué les médias russes lors d'une récente conférence du CSIS.

    «Nous devons sensibiliser le public. Je pense qu'il est nécessaire que les hauts responsables expliquent la façon dont nos adversaires se servent de la guerre de l'information, en utilisant parfois des outils informatiques pour nous affaiblir. Parfois, ils n'ont même pas besoin d'inventer quoi que ce soit, ils utilisent des informations véridiques et les répètent unilatéralement», a-t-elle déclaré lors d'une discussion au sein du SCRS sur la sécurité mondiale.

    Elle a notamment utilisé l'exemple du programme hebdomadaire de RT «American Lawyer», dont le fil conducteur est que «le système judiciaire américain est corrompu et détruit». C'est ce que disent les politiciens et les experts, a ajouté la responsable.

    «Avec ces programmes, ils confirment la véracité de cette affirmation. Je ne pense pas qu'il y ait de mensonge. Mais c'est un avis injustifié et unilatéral. Le message que nous devons transmettre est donc que l'on peut être d'accord avec ce qu'ils disent dans cette propagande. Mais cette propagande n'est pas là pour répondre à nos interrogations. La Russie n'est du côté de personne. Elle est du sien. Et son ambition n'est pas de nous rendre meilleurs, ni de soulever nos problèmes, de les résoudre. Elle n'est pas d'aider à résoudre nos problèmes d'émigration, mais de nous affaiblir», a-t-elle souligné.

    Lors d'une interview sur une chaîne de télévision suédoise, la rédactrice en chef de Sputnik et de RT Margarita Simonian a attiré l'attention sur le fait que l'Occident refusait à la Russie le droit d'avoir des médias publics, bien que dans les pays occidentaux, les chaînes de télévision publiques soient considérées comme la norme.

    Une enquête a été ouverte au Congrès américain concernant l'«ingérence russe» dans la présidentielle aux États-Unis remportée par Donald Trump. La Russie a à plusieurs reprises démenties toutes les allégations selon lesquelles elle aurait influencé la présidentielle américaine. Le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov, les a qualifiées d'«absolument infondées».

    Lire aussi:

    Simonian sur les accusations US d’«ingérence russe»: «Et vous les croyez?»
    Simonian: la Russie mérite le même droit de livrer la vérité que les autres pays
    Trump pourrait participer à l'enquête sur «l'ingérence» de la Russie dans l'élection US
    Tags:
    médias, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik