International
URL courte
772
S'abonner

L’ex-ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a accusé mardi le gouvernement Netanyahou de complicité dans le financement du Hamas palestinien et la fourniture en moyens de fabrication de missiles. Le Premier ministre israélien a réfuté ces accusations.

Lors d’une conférence dans la ville côtière d’Herzliya, dans le nord-ouest d’Israël, Avigdor Lieberman, ex-ministre israélien de la Défense et président du parti Israël notre maison, a accusé le gouvernement de son pays de fermer les yeux sur le financement du Hamas palestinien et sur la fourniture de moyens pour la fabrication de missiles.

«Israël autorise le financement des activités dans la bande de Gaza et la fourniture des matières premières pour la fabrication de missiles», a-t-il déclaré selon le site d’information Akka. Il a également dénoncé le fait que «l'argent fourni par le Qatar au Hamas ne va pas à ceux qui en ont besoin, mais est utilisé par le mouvement pour fabriquer de missiles», selon la même source.

Sur la même lancée, l’ex-ministre de la Défense a également estimé que le gouvernement de Benyamin Netanyahou s’était «rendu au Hamas de manière à convaincre les Palestiniens que la violence contre Israël était en train de réaliser de grands exploits», selon le site de la chaîne israélienne Makan. L’activité du Hamas est «une menace stratégique pour l'ensemble d'Israël», a-t-il soutenu, selon le même média.

Pour sa part, le Premier israélien a rejeté les accusations portées à l’adresse de la politique de son gouvernement dans la bande Gaza. Netanyahou a rétorqué que si nécessaire, Israël pourrait prendre des mesures beaucoup plus sévères contre le Hamas et «pourrait même lancer, plus tard, une opération militaire massive contre ce mouvement terroriste».

Connue sous le nom de la Conférence sur l'immunité nationale, la rencontre d'Herzliya aborde des questions clés concernant, entre autres, la capacité qu’a Israël à gagner une guerre future. Les implications de la dissipation de la solution à deux États, qui briserait le rêve de l’édification d’un État juif, sont également abordées.

Avigdor Lieberman avait  annoncé le 14 novembre 2018 sa démission du gouvernement de Benyamin Netanyahou, pour protester contre le cessez-le-feu dans la bande de Gaza qu'il a qualifié de «capitulation devant le terrorisme».

Lire aussi:

Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
La journée des câlins «dégénère» sur le plateau de TPMP d’Hanouna - vidéo
Alerte en Algérie après la réapparition du poisson lièvre
Tags:
terrorisme d'État, terrorisme, financement, Palestine, Hamas, Avigdor Liberman, Armée de Défense d'Israël, Israël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik