International
URL courte
4680
S'abonner

Un nouvel oléoduc, dont la construction devrait s’achever dans deux ans, est censé assurer le transport de pétrole sur le territoire iranien par voie terrestre, et ainsi d’éviter le détroit d’Ormuz, affirme la société nationale pétrolière iranienne.

La construction de l’oléoduc, qui permettra à l’Iran de transporter jusqu’à un million de barils de pétrole quotidiennement en contournant le détroit d’Ormuz, se terminera en 2021, rapporte l’agence iranienne Tansim, citant Touraj Dehghani, chef de Petroleum Engineering and Development Co.

Selon le responsable, la route terrestre, longue de 1.000 kilomètres, reliera le hub pétrolier de Gurreh, proche de la province de Bouchehr longeant la partie orientale du golfe Persique, au port de Jask, dans le sud iranien.

Le coût du projet est évalué à 2 milliards de dollars.

«Il sera possible de transporter le premier lot du brut iranien [par la voie terrestre], à l’est du détroit d’Ormuz, à la fin de l’année [islamique] 1399 [soit d’ici mars 2021, ndlr]», a indiqué M. Dehghani cité par Tansim.

Tensions dans le détroit d'Ormuz

La construction de l’oléoduc Gurreh-Jask intervient sur fond de montée de tensions dans le détroit d’Ormuz.

Les Gardiens de la révolution ont arraisonné le 19 juillet le pétrolier britannique Stena Impero dans le détroit d'Ormuz «pour violation des règles internationales». 23 marins se trouvaient à bord, dont trois Russes, d'après Northern Marine Management Ltd, qui gère le pétrolier. Le Royaume-Uni avait auparavant arraisonné un pétrolier iranien à Gibraltar, accusé de livrer illégalement du pétrole à la Syrie.

Lire aussi:

Il braque un bar-tabac dans l'Oise puis entame une carrière de gendarme en Turquie
AstraZeneca refuse de participer à une réunion avec l'UE sur ses retards de production du vaccin
Yuriy est soupçonné d’appartenir à une bande violente et d’être connu des services de police
Lalanne risque cinq ans de prison pour son appel à l’armée visant à destituer Macron
Tags:
oléoduc, pétrole, Détroit d'Ormuz, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook