International
URL courte
Rencontre Poutine-Macron au fort de Brégançon (17)
10594
S'abonner

En visite en France, Vladimir Poutine a déclaré, avant d’entamer des négociations avec Emmanuel Macron au fort de Brégançon, qu’il allait évoquer le dossier de la Syrie, notamment la situation à Idlib où 90% du territoire sont contrôlés aujourd’hui par les radicaux dont «nous observons le transfert» dans «d’autres régions du monde».

Avant d’entamer ses négociations avec Emmanuel Macron, Vladimir Poutine a constaté que les radicaux tentaient de nombreuses sorties depuis la zone démilitarisée en Syrie et qu’ils étaient transférés dans différentes région du monde.

«Il est certain que nous parlerons de la Syrie. Dans ce contexte, je voudrais souligner qu’avant la signature des accords appropriés à Sotchi sur la démilitarisation d’une partie d’Idlib, 50% de ce territoire étaient contrôlés par les terroristes, alors qu’actuellement le chiffre est de 90%. Et nous constatons leurs sorties régulières», a-t-il noté au cours d’une déclaration pour la presse avant les négociations.

«En outre, ce qui est particulièrement dangereux, c’est que nous observons le transfert de radicaux depuis cette région dans d’autres régions du monde. C’est une chose extrêmement dangereuse.»

La Russie soutient les opérations de l'armée

Dans ce contexte, la Russie soutient les opérations de l’armée syrienne contre les radicaux dans le gouvernorat d’Idlib, a poursuivi Vladimir Poutine.

«Par conséquent, nous souscrivons aux efforts de l’armée syrienne visant à réaliser des opérations locales en vue d’enrayer les menaces terroristes», a-t-il lancé.

Le Président russe a notamment rappelé les nombreuses tentatives d’attaquer la base aérienne russe de Hmeimim qui avaient été lancées depuis la zone d’Idlib et a souligné qu’il «n’avait jamais été dit» que les radicaux se sentiraient confortablement installés à Idlib.

«Au contraire, il a été dit que les activités contre les terroristes seraient poursuivies», a indiqué pour conclure le Président russe.

L'armée entre à Khan Cheikhoun

Les troupes syriennes sont entrées dimanche 18 août dans la ville clé de Khan Cheikhoun, dans le gouvernorat d’Idlib, à l’issue de violents combats contre les terroristes du Front al-Nosra* et les membres de Jaych al-Ezzah, avait annoncé la chaîne Al Mayadeen.

C’est le commandement de l’armée qui a ordonné aux militaires de reprendre le contrôle de la route stratégique reliant Hama à Alep.

Vladimir Poutine est arrivé en visite de travail en France ce 19 août sur l’invitation d’Emmanuel Macron. Il a été reçu au fort de Brégançon qui accueille pour la première fois une rencontre des Présidents russe et français.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Dossier:
Rencontre Poutine-Macron au fort de Brégançon (17)

Lire aussi:

Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Une voiture a percuté la grille d’entrée de la chancellerie d’Angela Merkel à Berlin - photos, vidéo
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
Tags:
aérodrome de Hmeimim, Russie, France, Khan Cheikhoun, Syrie, Hama, Sotchi, zone de désescalade, Idlib, négociations, Vladimir Poutine, Emmanuel Macron
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook