International
URL courte
5241
S'abonner

Les radicaux en Syrie ont bloqué le couloir humanitaire pour évacuations des civils et ont pilonné 22 agglomérations dans différents gouvernorats syriens, annonce le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

Les radicaux ont bloqué le couloir humanitaire mis en place par le gouvernement syrien pour les civils qui souhaitent quitter la zone de désescalade d’Idlib, a déclaré lors d’un point presse le général Alexeï Bakine, chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

 «Les formations paramilitaires illégales dans la zone de désescalade d’Idlib ont bloqué le fonctionnement du corridor humanitaire et du point de passage Abou Douhour, fermant sous la menace des armes la sortie des réfugiés par le point de passage ouvert par le gouvernement syrien», a annoncé aux journalistes Alexeï Bakine, chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

Et d’ajouter que les radicaux avaient aussi pilonné 22 agglomérations dans les gouvernorats syriens de Lattaquié, d’Alep, de Hama et d’Idlib.

«Le 14 septembre, 34 pilonnages ont été enregistrés. Les radicaux de formations paramilitaires illégales ont visé des villes et des villages», a précisé le général.

À partir du 13 septembre, le gouvernement syrien a assuré le fonctionnement d’un corridor humanitaire et du point de passage Abou Douhour, pour évacuer la population civile de la zone de désescalade d’Idlib et les radicaux souhaitant rendre les armes.

Lire aussi:

L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Tags:
couloir humanitaire, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Idlib, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook