International
URL courte
19743
S'abonner

Le gouvernement américain a réclamé mardi en justice la saisie des recettes de l'autobiographie du lanceur d'alerte Edward Snowden, sortie le même jour, et des revenus qu'il tire de ses interventions publiques, informe l’AFP.

Les États-Unis ont déposé plainte au civil pour «violation de contrat» contre Edward Snowden, cet ancien employé de la CIA et ex-contractuel de la NSA, exilé en Russie depuis qu'il a dénoncé en 2013 la surveillance massive des communications et de l'Internet dans son pays, informe l’AFP.

L'ancien informaticien de 36 ans est déjà inculpé au pénal d'espionnage et de vols de secrets d'État. Mais cette fois, le gouvernement américain souhaite lui couper les vivres.

«Nous ne permettons pas à des individus de s'enrichir aux dépens des États-Unis», a commenté Jody Hunt, haut responsable au ministère de la Justice, citée dans un communiqué.

Dans la plainte, déposée devant un tribunal fédéral d'Alexandria, près de Washington, le gouvernement lui reproche d'avoir publié un livre contenant des informations sur la CIA et la NSA «sans avoir soumis le manuscrit» à ses anciens employeurs en violation des clauses de confidentialité de ses contrats de travail.

«C'est dur d'imaginer une meilleure attestation d'authenticité qu'une plainte du gouvernement américain», a réagi M.Snowden sur Twitter.

​Sorti simultanément dans une vingtaine de pays, l'ouvrage est publié aux États-Unis par Metropolitan Books (Macmillan) sous le titre «Permanent record». La version française intitulée «Mémoire vive» paraît aux éditions du Seuil, informe l’AFP.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
L'Italie enregistre son pire bilan de morts en 24 heures depuis le début de l'épidémie
Ils «ne sont plus ventilés»: un rapport allemand s'indigne de la situation dans les hôpitaux alsaciens
Tags:
justice, États-Unis, Edward Snowden
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook