International
URL courte
2321
S'abonner

Le ministre chinois des Affaires étrangères a déclaré, lors de l’Assemblée générale de l’Onu, que la Chine avait entamé des démarches juridiques au sein du pays pour adhérer au Traité sur le commerce des armes et qu’elle continuera à prendre une part active dans le contrôle des armes.

La Chine a lancé des procédures juridiques intérieures pour se joindre au Traité sur le commerce des armes (TCA), a annoncé le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi lors de son intervention à l’Assemblée générale des Nations unies ce 27 septembre.

«La Chine continuera à jouer un rôle actif dans le processus international de contrôle des armements», a déclaré le chef de la diplomatie chinoise. «Nous annonçons que la Chine a déclenché des procédures juridiques intérieures pour adhérer au Traité sur le commerce des armes», a-t-il ajouté.

Ce traité, visant à lutter contre le trafic illégal des armes, s’applique à différentes catégories d’armements conventionnels, à savoir, les véhicules blindés, les systèmes d’artillerie de gros calibre, les avions et les hélicoptères de combat, les navires, les missiles ainsi que les systèmes de lancement de missiles.

Le Traité a été adopté à l’Assemblée générale de l’Onu le 2 avril 2013, alors qu’il est entré en vigueur le 24 décembre 2014. Le Traité a été ratifié par 103 pays. Parmi les 23 délégations qui se sont abstenues, figurent la Chine et la Russie. En avril 2019, le Président américain Donald Trump a annoncé que les États-Unis reviendraient sur leur signature du TCA approuvé par son prédécesseur Barack Obama.

Lire aussi:

Un glacier de 500.000 mètres cubes risque de se détacher du Mont Blanc, évacuation en cours
La une du Monde sur Beyrouth avec une illustration du caricaturiste Plantu provoque un tollé
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Tags:
ONU, Assemblée générale des Nations unies, Wang Yi, armements, Traité sur le commerce des armes (TCA), Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook