Ecoutez Radio Sputnik
     Des soldats américains marchent à côté d'un véhicule militaire turc lors d'une patrouille conjointe le long de la frontière turco-syrienne (photo d'archives)

    Proche-Orient: «La politique étrangère des États-Unis a lamentablement échoué»

    © AFP 2019 DELIL SOULEIMAN
    International
    URL courte
    Opération turque dans le nord-est de la Syrie (134)
    10401
    S'abonner

    Deux F-15 américains ont bombardé et détruit mercredi 16 octobre les munitions laissées derrière elles par les forces des États-Unis ayant quitté une cimenterie au sud de Kobané, en Syrie, pour éviter qu’elles tombent entre les mains de Daech*. Un analyste géopolitique américain a commenté l’événement pour Sputnik.

    «Le 16 octobre, après le départ de tout le personnel et de l'équipement tactique essentiel de la coalition, deux F-15 de la coalition ont mené à bien un raid aérien […] afin de détruire une cache de munitions», a annoncé dans un communiqué le colonel américain Myles Caggins, porte-parole de la coalition internationale conduite par les États-Unis contre Daech* en Syrie et en Irak.

    Les militaires américains détruisent leurs propres munitions en Syrie

    La dernière fois que les troupes américaines avaient détruit leurs propres munitions était pendant leur fuite du Vietnam, a rappelé à Sputnik le professeur d’économie politique Alexander Azadgan, analyste géopolitique américain du centre d'analyse United World International.

    «La dernière fois que de telles mesures extrêmes ont été adoptées, c'était quand les États-Unis fuyaient le Vietnam. Et nous nous souvenons tous bien de l’image d’hélicoptères jetés ou expulsés du porte-avions américain. Symboliquement, ce n’était pas beau. Bien entendu, nous savons tous que la politique étrangère des États-Unis a lamentablement échoué et pas seulement en Syrie, mais aussi en Afghanistan jusqu'au Yémen et ailleurs», a relevé l’expert.

    Partir pour rester

    Il rappelle que cela intervient après que Donald Trump a déclaré le 6 octobre que les États-Unis retiraient leurs troupes du nord de la Syrie, une information qu’il a confirmée cette semaine. M.Azadgan estime toutefois qu’il n’y aura pas de retrait américain total de Syrie malgré les déclarations du Président états-unien. Certaines unités des forces spéciales devraient ainsi rester dans ce pays.

    «Je pense notamment qu'il y aura une présence américaine à l'est de l'Euphrate, ce qui est d’ailleurs très controversé, même si les Américains affirment qu'ils n’épauleront pas les Kurdes. Des militaires américains se sont tout simplement retirés dans d'autres régions du Proche-Orient, mais cette zone est tellement stratégique que les États-Unis voudraient y avoir une sorte de présence secrète. En effet, vous n'avez pas besoin de milliers de soldats lorsque vous avez des membres des forces spéciales. Ils pourraient être très peu nombreux, mais ils sont extrêmement efficaces», a expliqué l’analyste.

    Les tensions continuent de monter après le lancement par la Turquie de l'opération Source de paix dans le nord-est de la Syrie, dans le but déclaré de combattre les terroristes, de créer une zone de sécurité le long de sa frontière avec la Syrie et de réinstaller les réfugiés dans leur pays d'origine.

    Daech* est-il vaincu?

    La Turquie a affirmé qu'elle ne combattait que les unités de protection du peuple kurde (YPG), considérées par elle comme une émanation du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation qualifiée de terroriste par Ankara, ainsi que des vestiges de Daech*.
    L’offensive de la Turquie a suscité de vives critiques aux États-Unis et en Europe. Washington a imposé des sanctions contre Ankara. Paris et Berlin ont annoncé avoir suspendu leurs livraisons d'armes à la Turquie à la suite de son opération. Les autorités syriennes considèrent de plus cet acte comme une agression.

    «On essaie de faire croire que nous avons vaincu Daech*, ce qui est complètement faux», a estimé l’Américain.

    Abandonnés par les Américains, les Kurdes se tournent vers Damas

    Et de relever que les Kurdes, abandonnés par les Américains à leur sort, avaient conclu un accord avec Damas, en demandant à l'armée syrienne de les aider à se défendre contre l'offensive turque.

    «Bachar el-Assad, le Président syrien, a déclaré publiquement aux Kurdes qu'ils ne pouvaient compter sur personne et qu'à la fin - il a dit cela il y a plusieurs années - ils finiraient par retourner dans les bras de la Syrie et demander à la Syrie de les protéger», a rappelé M.Azadgan.

    Selon les médias syriens, Bachar el-Assad a promis jeudi de réagir à toute agression turque par tous les moyens légitimes disponibles sur l’ensemble du territoire syrien.

    Les États-Unis ont contraint la Turquie à déclarer un cessez-le-feu immédiat, le vice-Président américain Mike Pence s'étant rendu jeudi à Ankara pour exhorter Erdogan à mettre fin à ses opérations dans le nord de la Syrie.

    Ankara affirme que son opération n’est destinée qu’à créer une zone tampon à la frontière turco-syrienne et à faciliter le retour des réfugiés syriens hébergés en Turquie.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Dossier:
    Opération turque dans le nord-est de la Syrie (134)
    Tags:
    Bachar el-Assad, Mike Pence, États-Unis, Syrie, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik