Ecoutez Radio Sputnik
    Militaires US en Syrie

    Les USA vont laisser 150 soldats en Syrie pour «protéger» les puits de pétrole

    © AP Photo / Zoe Garbarino
    International
    URL courte
    37698
    S'abonner

    Un petit contingent militaire états-unien restera en Syrie pour assurer la sécurité des champs pétrolifères, a fait savoir l’actuel occupant de la Maison Blanche.

    Un faible nombre de militaires américains restera affecté à certaines régions pétrolifères syriennes, a annoncé mercredi Donald Trump.

    Selon lui, les forces états-uniennes ont «fait un bon travail» en Syrie et laissent aux autres le soin de «combattre pour ces sabres souillés de sang».

    «Nous avons assuré la sécurité des exploitations pétrolières, et c’est pourquoi un petit contingent américain restera dans les régions où il y a du pétrole. Nous allons le protéger et à l’avenir nous déciderons quoi faire avec cela», a déclaré le Président dans une allocution télévisée.

    M.Trump a précisé que 150 soldats resteraient déployés avec pour mission de protéger les installations pétrolières dans l’est syrien. Dans le même temps, il a invité d’autres pays à aider la Turquie et la Syrie à renforcer le contrôle de la zone frontalière qui les sépare. 

    Fin de l’offensive turque et retrait US

    Washington a retiré ses forces stationnées dans le nord-est de la Syrie à l'approche de l'offensive de l'armée turque contre les milices des Unités de protection du peuple (YPG), organisation considérée comme terroriste par Ankara.

    Mardi 22 octobre, le Président turc, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé la fin de l’opération syrienne. Dans le même temps, Moscou et Ankara ont convenu de contrôler ensemble la majeure partie de cette zone frontalière.

    Le jour suivant, des unités de la police militaire russe ont commencé à patrouiller le long de la frontière turco-syrienne.

    Tags:
    pétrole, Russie, contingent militaire, Recep Tayyip Erdogan, Donald Trump, Turquie, États-Unis, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik