Ecoutez Radio Sputnik
    google

    Des employés de Google l’accusent d’avoir créé un outil pour les surveiller

    CC0 / 422737
    International
    URL courte
    1141
    S'abonner

    Google est accusée par des employés d’avoir mis au point un outil pour les empêcher d’organiser des réunions en nombre. Un salarié a exprimé ses inquiétudes dans une note citée par Bloomberg.

    Des employés de Google accusent la société d’avoir mis au point un logiciel visant à prévenir toute tentative d’organiser des réunions de plus de 100 personnes, rapporte Bloomberg, qui se réfère à une note dans laquelle l’un d’eux exprime ses craintes.

    Les salariés ont en effet découvert qu’une équipe développait un nouvel outil pour la version de Google Chrome installée sur les ordinateurs de travail de la société. Il s’agit d’une extension qui sert à réserver des salles de travail.

    L’extension émet un message automatique si quelqu’un crée un évènement avec plus de 10 salles ou plus de 100 participants, selon l’auteur du mémo, qui affirme que l’explication la plus plausible serait que la direction cherche à être immédiatement avertie de toute tentative de syndicalisation.

    De son côté, Alphabet, la maison-mère de Google, dément fermement:

    «Ces accusations sur le fonctionnement et le but de cette extension sont totalement fausses. Elle affiche un pop-up qui demande aux employés de faire attention avant d’ajouter un grand nombre de personnes à une réunion»

    Des tensions avec la hiérarchie

    Au cours des 18 derniers mois, des tensions sont apparues entre les employés de la firme et sa hiérarchie, notamment au sujet d’affaires de harcèlement sexuel ou du lancement d’une version censurée du moteur de recherche en Chine.

    L’an dernier, des milliers de salariés avaient signé une lettre collective pour protester contre sa participation au programme du Pentagone Project Maven.

    Tags:
    syndicats, employés, protestations, Alphabet, Google
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik