Ecoutez Radio Sputnik
    Situation près de la frontière entre la Turquie et la Syrie

    Moscou et Damas appellent à obliger les USA à «retirer intégralement leurs troupes» de Syrie

    © Sputnik . Sertaç Kayar
    International
    URL courte
    1991
    S'abonner

    Moscou et Damas estiment que la communauté internationale doit obliger les États-Unis à retirer leurs troupes «de la Syrie souveraine», leur présence illégale dans le pays étant «le principal facteur déstabilisateur sur le chemin de la renaissance de la Syrie».

    La Russie et la Syrie ont appelé à faire pression sur les États-Unis pour les forcer à retirer leurs troupes de Syrie et à libérer les territoires syriens occupés.

    «La présence illégale sur le territoire de la Syrie souveraine des États-Unis et de leurs alliés, qui entravent le rétablissement du contrôle du gouvernement légitime sur l’ensemble du pays, est le principal facteur déstabilisateur sur le chemin de la renaissance de la Syrie», ont constaté les chefs des états-majors de coordination russe et syrien dans une déclaration commune Sur la situation humanitaire en Syrie et les problèmes empêchant la réalisation de l’initiative d’évacuation des réfugiés du camp Al-Roukban.

    «Nous exhortons l’ensemble de la communauté internationale à faire pression sur les États-Unis, qui continuent de violer les normes du droit international par leur présence sur des territoires syriens occupés, et à les contraindre de retirer intégralement leurs troupes de la Syrie souveraine», a ajouté le communiqué.

    Le document rappelle que les forces américaines continuent de contrôler une zone de 55 kilomètres autour de leur base militaire d’Al-Tanf, dans le sud de la Syrie, ainsi que d’empêcher la fermeture du camp de réfugiés Al-Roukban.

    La réalisation du plan de l’Onu torpillée

    Les États-Unis refusant de donner des garanties de sécurité sur le territoire occupé dans le secteur d’Al-Tanf, la réalisation du plan de l’Onu sur l’évacuation des réfugiés de ce camp a été suspendue. Mais Washington continue d’insister sur la nécessité d’acheminer régulièrement des chargements humanitaires dans ce camp.

    «Tout se résume au désir des États-Unis de ravitailler les radicaux qu’ils contrôlent en produits alimentaires et articles de première nécessité au détriment de l’Onu», a souligné le communiqué.

    Toujours selon les dirigeants des états-majors de coordination russe et syrien, les États-Unis ont torpillé le plan d’évacuation de réfugiés syriens du camp Al-Roukban. Ainsi, le plan des Nations unies soutenu par Damas prévoyait que de 2.000 à 2.500 personnes quittent le camp durant cinq jours. Or, le 29 septembre, seulement 336 personnes s’étaient présentées au poste de contrôle de Djleb.

    Dans une récente déclaration à Sputnik, le colonel Myles B.Caggins, porte-parole de l'opération Inherent Resolve menée dans le cadre de la coalition internationale, avait pourtant indiqué que celle-ci était prête à soutenir toute initiative de l’Onu visant à alléger les souffrances et à améliorer la qualité de vie à Al-Roukban, y compris tout retour volontaire et en sécurité des réfugiés chez eux.

    L’opération de dissolution d’Al-Roukban a démarré le 27 septembre. Le général Alexeï Bakine, chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, avait annoncé que le plan des Nations unies et du Croissant-Rouge syrien prévoyait le départ des réfugiés restants dans les 30 jours à compter du début de l’opération.

    Al-Roukban est situé dans le rayon de 55 kilomètres autour de la base militaire américaine d'Al-Tanf, à la frontière de la Syrie et la Jordanie. Les militaires russes, ainsi que des responsables des diplomaties russe et syrienne ont déclaré à plusieurs reprises que la situation dans le camp frôlait la catastrophe humanitaire.

    Tags:
    Inherent Resolve, Sputnik, évacuation, diplomatie, Jordanie, base militaire, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, réfugiés, camp, convois humanitaires, ONU, déclaration, troupes, communauté internationale, Al-Tanf, Rukban, États-Unis, Syrie, Russie, Washington, Damas, Moscou
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik