International
URL courte
261748
S'abonner

Le chef du gouvernement polonais, Mateusz Morawiecki, a réagi aux propos d’Emmanuel Macron selon lesquels l’Otan se trouve en état de «mort cérébrale», jugeant «dangereuses» les interrogations du Président français et l’accusant d’«irresponsabilité».

Le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, a accusé Emmanuel Macron d’«irresponsabilité» après que ce dernier a jugé que l'Otan était en état de «mort cérébrale». Le Président français avait par ailleurs déploré début novembre le manque de coordination entre les États-Unis et l'Europe ainsi que le comportement unilatéral de la Turquie en Syrie.

Dans une interview accordée au quotidien britannique Financial Times, M.Morawiecki a qualifié l’organisation de «l’alliance la plus importante du monde en matière de protection de la liberté et de la paix». Il a par ailleurs jugé «dangereuses» les interrogations du Président français sur la fiabilité de ses alliés pour assurer la défense mutuelle.

«Je pense que les doutes du Président Macron [sur la clause de la défense mutuelle de l'Otan, ndlr] peuvent amener les autres alliés à se demander si c'est peut-être la France qui a des difficultés pour la suivre. J'espère que nous pourrons toujours compter sur le respect par la France de ses obligations», a déclaré le Premier ministre polonais.

Il a estimé que certains pays de l’Otan, dont la France, manquaient à leurs engagements vis-à-vis de l’Alliance, dépensant moins 2% de leur PIB pour la défense. Dans ce contexte, le Premier ministre a fustigé un «manque de réciprocité de la part de certains alliés européens».

Dénonçant un manque d’unité entre les pays européens, Mateusz Morawiecki a également mentionné le soutien apporté par nombre d’entre eux au gazoduc Nord Stream 2 qui doit relier la Russie à l'Allemagne en traversant la mer Baltique.

Lire aussi:

Ces bonnes habitudes à prendre pour perdre du poids, selon une nutritionniste
Didier Raoult interpelle l'OMS sur le remdesivir et en dénonce les effets secondaires
L’Égypte a besoin d’armes, la France répondra-t-elle présente?
«Je vais te venger»: la promesse de la femme du chauffeur tabassé jusqu’à la mort cérébrale à Bayonne
Tags:
défense, États-Unis, Pologne, Emmanuel Macron, OTAN
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook