International
URL courte
Meurtre commis par un historien russe, titulaire de la Légion d'honneur (10)
6114
S'abonner

Paris pourrait retirer sa Légion d’honneur à Oleg Sokolov en raison du meurtre de son ancienne étudiante. L’ambassade de France en Russie a ainsi transmis au Quai d’Orsay des informations sur cet historien de Saint-Pétersbourg.

L’ambassade de France en Russie a fait état du cas de l’historien Oleg Sokolov au ministère des Affaires étrangères en vue de lui retirer sa Légion d’honneur. L’homme a en effet récemment avoué avoir décapité et démembré son ex-étudiante, Anastassia Iechtchenko.

Contactée par Sputnik, la grande chancellerie avait précédemment expliqué que la décoration pouvait être retirée à un étranger pour «un acte contraire à l’honneur ou de nature à nuire aux intérêts de la France», précisant que la procédure disciplinaire prenait de plusieurs mois à plusieurs années. La décision finale doit être prise par le Président de la République.

Meurtre à Saint-Pétersbourg

Oleg Sokolov a été arrêté le 9 novembre dernier, après s’être débarrassé des parties du corps de sa victime dans une rivière de Saint-Pétersbourg.

Le sexagénaire a reconnu avoir tué la jeune femme de 24 ans avec qui il entretenait une relation lors d’une dispute où tous deux avaient perdu le contrôle. Après avoir repris ses esprits, il avait décidé de démembrer le corps et de s’en débarrasser.

Le 11 novembre dernier, la justice a décidé de le placer en détention jusqu’au 8 janvier 2020.

Cet historien russe spécialiste de Napoléon avait reçu la Légion d’honneur en 2003.

Dossier:
Meurtre commis par un historien russe, titulaire de la Légion d'honneur (10)

Lire aussi:

Moscou publie sa liste des «pays inamicaux» et explique les mesures qui les attendent
La Chine met-elle sur pied une invincible armada? - vidéo
Une journaliste d’Al Jazeera en direct près d’une tour à Gaza au moment où deux bombes la ciblent – vidéo
Tags:
Quai d'Orsay, Saint-Pétersbourg, Oleg Sokolov (historien), France, Légion d'honneur
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook