International
URL courte
Crise politique en Bolivie et départ d'Evo Morales en novembre 2019 (32)
2312
S'abonner

Après avoir trouvé l’asile politique au Mexique, Evo Morales a promis de rentrer en Bolivie si le parlement rejetait sa lettre de démission, a-t-il indiqué au quotidien El Universal. Il s’est également dit «capable de pacifier la Bolivie».

Réfugié au Mexique après avoir démissionné, l’ancien Président bolivien a annoncé son intention de rentrer dans son pays natal si le parlement refusait sa demande de démission, a-t-il déclaré dans une interview accordée au quotidien mexicain El Universal.

«Ma lettre de démission se trouve à l’Assemblée [parlement bicaméral, ndlr], et si l’Assemblé la rejette, je rentrerai. Actuellement, je me sens capable de pacifier la Bolivie», a indiqué l’ex-Président bolivien.

Il affirme qu’il est impossible de retrouver la paix avec les armes. Il sera possible de restaurer la paix à l’aide d’un dialogue avec les Nations unies, l’Église catholique et des pays voisins en tant que médiateurs, a-t-il assuré.

Le 13 novembre, il a déclaré lors d’une conférence de presse à Mexico qu’il était disposé à retourner en Bolivie si son «peuple le demande». «Nous reviendrons tôt ou tard», a-t-il précisé. Il a appelé à un «dialogue national» pour trouver une sortie à la crise qui ébranle son pays.

Démission de Morales

La victoire aux élections présidentielles d’Evo Morales le 20 octobre a suscité une vague de protestations. Un rapport de l’OEA a constaté que des fraudes avaient été commises lors de cette présidentielle bolivienne. Carlos Mesa, principal rival de l’ex-dirigeant, a refusé de reconnaître les résultats du scrutin.

Après que l’armée et la police ont exigé de Morales qu’il quitte le pouvoir, il a annoncé le 10 novembre sa démission.

Comme le Mexique lui a accordé l’asile politique, l’ancien Président est arrivé dans la capitale mexicaine la nuit du 11 au 12 novembre.

Dossier:
Crise politique en Bolivie et départ d'Evo Morales en novembre 2019 (32)

Lire aussi:

La banlieue lyonnaise «s’embrase», une quinzaine d’individus saccagent une voiture de police – images
Les promeneurs sur les quais de Seine évacués par les forces de l'ordre – vidéo
Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
«Je ne suis pas un tueur»: le Premier ministre slovaque refuse le renvoi du vaccin russe Spoutnik V
Tags:
élection présidentielle, asile, démission, Bolivie, Mexique, Evo Morales
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook