International
URL courte
Crise politique en Bolivie et départ d'Evo Morales en novembre 2019 (32)
2312
S'abonner

Après avoir trouvé l’asile politique au Mexique, Evo Morales a promis de rentrer en Bolivie si le parlement rejetait sa lettre de démission, a-t-il indiqué au quotidien El Universal. Il s’est également dit «capable de pacifier la Bolivie».

Réfugié au Mexique après avoir démissionné, l’ancien Président bolivien a annoncé son intention de rentrer dans son pays natal si le parlement refusait sa demande de démission, a-t-il déclaré dans une interview accordée au quotidien mexicain El Universal.

«Ma lettre de démission se trouve à l’Assemblée [parlement bicaméral, ndlr], et si l’Assemblé la rejette, je rentrerai. Actuellement, je me sens capable de pacifier la Bolivie», a indiqué l’ex-Président bolivien.

Il affirme qu’il est impossible de retrouver la paix avec les armes. Il sera possible de restaurer la paix à l’aide d’un dialogue avec les Nations unies, l’Église catholique et des pays voisins en tant que médiateurs, a-t-il assuré.

Le 13 novembre, il a déclaré lors d’une conférence de presse à Mexico qu’il était disposé à retourner en Bolivie si son «peuple le demande». «Nous reviendrons tôt ou tard», a-t-il précisé. Il a appelé à un «dialogue national» pour trouver une sortie à la crise qui ébranle son pays.

Démission de Morales

La victoire aux élections présidentielles d’Evo Morales le 20 octobre a suscité une vague de protestations. Un rapport de l’OEA a constaté que des fraudes avaient été commises lors de cette présidentielle bolivienne. Carlos Mesa, principal rival de l’ex-dirigeant, a refusé de reconnaître les résultats du scrutin.

Après que l’armée et la police ont exigé de Morales qu’il quitte le pouvoir, il a annoncé le 10 novembre sa démission.

Comme le Mexique lui a accordé l’asile politique, l’ancien Président est arrivé dans la capitale mexicaine la nuit du 11 au 12 novembre.

Dossier:
Crise politique en Bolivie et départ d'Evo Morales en novembre 2019 (32)

Lire aussi:

«Ils profitaient des USA»: Trump se lâche contre Macron et les dirigeants européens
Francis Lalanne choque en liant le malaise cardiaque d’Eriksen au vaccin anti-Covid
La réputation de la Bundeswehr au sein de l’Otan menacée vu les problèmes de financement, selon le Welt am Sonntag
Le geste désespéré d’un Algérien en situation irrégulière qui voulait quitter la France
Tags:
élection présidentielle, asile, démission, Bolivie, Mexique, Evo Morales
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook