International
URL courte
11745
S'abonner

Un réseau pédophile qui diffusait des images pornographiques «d’une extrême violence» par WhatsApp a été révélé par les efforts communs de la police espagnole et d’organisations internationales. Cette opération a conduit à l’arrestation de 33 individus à travers 11 pays, a rapporté le Daily Mail.

Une organisation pédophile qui diffusait des vidéos de pornographie juvénile via WhatsApp a été révélée lors d’une opération conjointe de la police espagnole, d’Interpol, d’Europol et des forces de l’ordre de plusieurs autres pays, a annoncé le Daily Mail. 33 personnes impliquées dans cette affaire ont été arrêtées dans 11 États.

«D’une extrême violence»

Elles sont accusées d’avoir détenu et diffusé des contenus pornographiques faisant preuve d’actes de violence commis sur des mineurs, âgés de quelques mois à 11-12 ans. Certaines images sont «d’une extrême violence», a déclaré le porte-parole de la police espagnole, Eduardo Casas.

Les membres de l’organisation partageaient ces images via un groupe WhatsApp, accompagnées de stickers ressemblant aux émojis, inventés pour illustrer les abus sexuels faits à des enfants.

Une mère abusait de sa fille

Parmi les contacts arrêtés figurait une mère qui envoyait des images d’abus commis sur sa propre fille, indique ICNDario. En dehors de la diffusion de contenu pornographique, un homme âgé de 29 ans a également encouragé les autres à harceler des jeunes filles, notamment des immigrées qui auraient peur de porter plainte.

17 personnes ont été arrêtées en Espagne, la plupart mineures. Trois autres individus ont été interpellés en Italie, en France et au Royaume-Uni. Une dizaine de membres ont été retrouvés en Amérique Latine, alors que les trois derniers se trouvaient en Inde, en Syrie et au Pakistan, a précisé le quotidien. 

Lire aussi:

Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Un homme de 75 ans en sang: les policiers de Buffalo démissionnent par solidarité avec leurs deux collègues suspendus
Engagement de GI en Tunisie: Washington accuse Moscou et tente de doubler Paris
Tensions dans le centre de Marseille où la police tente de disperser les manifestants - vidéos
Tags:
porno, abus sexuel, WhatsApp, pédophilie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook