International
URL courte
L'histoire face à des menaces de révision (30)
5322226
S'abonner

Avant la cérémonie commémorative des victimes de l'Holocauste, Vladimir Poutine a salué le prince Charles et Emmanuel Macron sans serrer la main au vice-Président américain Mike Pence. Ce dernier l’a fait plus tard, après son discours à la tribune de Yad Vashem.

Après être entré dans la salle du mémorial de Yad Vashem à Jérusalem pour commémorer le 75e anniversaire de la libération du camp nazi d'Auschwitz, Vladimir Poutine a salué le prince Charles et le Président Macron en ignorant le vice-Président américain Mike Pence.

La vidéo de ce moment a été partagée sur Twitter par le Kremlin Pool via RIA.

​Après avoir prononcé son discours à la tribune de Yad Vashem, Mike Pence s’est approché du Président russe pour le saluer. Ils ont échangé une poignée de main et quelques mots.

Cérémonie commémorative des victimes de l'Holocauste

Yad Vashem, le mémorial de la Shoah à Jérusalem, a accueilli ce 23 janvier près d'une quarantaine de leaders du monde entier pour marquer le 75e anniversaire de la libération du camp nazi d'Auschwitz. Outre le Président et le Premier ministre israéliens, Vladimir Poutine, Emmanuel Macron, Mike Pence, le prince Charles et Frank-Walter Steinmeier y ont prononcé des discours.

Ce mémorial créé en 1953 est une institution étatique qui a pour principal objectif de perpétuer le souvenir du génocide du peuple juif pendant la Seconde Guerre mondiale, lequel a fait six millions de morts, principalement en Europe.

Dossier:
L'histoire face à des menaces de révision (30)

Lire aussi:

Joe Biden se fracture le pied en jouant avec son chien - images
Un Français assassiné au Mexique pour ses grands crus
La Haute autorité de santé recommande un groupe prioritaire à vacciner
Deux doigts d’honneur d’un policier français capturés par Google Maps - images
Tags:
camp de concentration d'Auschwitz, Mike Pence, Yad Vashem, Vladimir Poutine, Emmanuel Macron, Israël, Jérusalem
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook