International
URL courte
5164
S'abonner

Le site de l’agence de presse iranienne Fars, réputée proche des Gardiens de la révolution islamique, reste inaccessible depuis le 24 janvier. Le serveur a été bloqué sur ordre de Washington, affirme l’agence sur Twitter.

Le Trésor américain a bloqué vendredi 24 janvier le site Internet de l’agence de presse iranienne Fars dans le cadre des sanctions imposées par les États-Unis contre l’Iran, a annoncé samedi 25 janvier l’agence sur Twitter.

​«Le site Farsnews.com a été bloqué sur ordre du Trésor américain. Dans un courriel envoyé à l'agence Fars, la société opérant la gestion de son serveur a déclaré que le site avait été bloqué sur ordre de l’Office of Foreign Assets Control (OFAC) du département du Trésor américain parce que Fars figurait sur la liste américaine des Specially Designated Nationals», a indiqué Fars sur Twitter.

D’autres médias iraniens toujours accessibles

Les sites d’autres médias iraniens, des agences de presse IRNA et Mehr et celui de la chaîne de télévision Press TV, fonctionnent toujours ce samedi 25 janvier.

Plusieurs groupes technologiques ont récemment cessé d’accorder leurs services aux utilisateurs iraniens, par crainte de violer l'interdiction de Washington de faire des affaires avec l’Iran. Le service Web d'hébergement et de gestion de développement de logiciels GitHub a limité l'accès aux utilisateurs iraniens en 2019, tandis qu'Apple a supprimé les applications iraniennes de son App Store deux ans plus tôt, tout comme Google.

Google, YouTube, Facebook, Instagram et Twitter ont supprimé les comptes qui, selon eux, étaient liés au gouvernement iranien, selon les médias.

Lire aussi:

«C'est n'importe quoi!»: l’exécutif dément les dates du déconfinement annoncées en direct par Hanouna
«Aphrodisiaque», la viande de chien est réservée aux hommes, dans le nord du Togo
Covid-19, en continu: un total de 5.655 morts enregistré en Angleterre
Tags:
États-Unis, Bureau de contrôle des avoirs étrangers (OFAC), sanctions, Internet, Iran, Fars
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook