International
URL courte
2910310
S'abonner

La Turquie a accusé le 29 janvier la France d'être responsable de l'instabilité en Libye, après qu’Emmanuel Macron a reproché à son homologue Recep Tayyip Erdogan un «non-respect de la parole donnée» pour continuer à intervenir dans les affaires libyennes.

Après qu’Emmanuel Macron a accusé le 29 janvier le Président Erdogan de «non-respect de la parole donnée» à propos de l'envoi de navires turcs transportant des «mercenaires syriens en Libye», le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères Hami Aksoy a déclaré que «le principal responsable des problèmes en Libye depuis le début de la crise en 2011, c'est la France».

«Ce n'est un secret pour personne que ce pays accorde un soutien inconditionnel à (l'homme fort de l'est libyen, le maréchal Khalifa) Haftar en échange d'un droit de regard sur les ressources naturelles de la Libye», a-t-il ajouté.

«Si la France veut contribuer à l'application des décisions prises lors de la conférence (de Berlin), elle devrait commencer par mettre fin à son soutien à Haftar», a-t-il ajouté.

Critiques de Macron

Lors d'une rencontre avec le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis à Paris, M. Macron a accusé M. Erdogan de «non-respect de la parole donnée» pour l'envoi «en ce moment même» de navires turcs transportant des mercenaires syriens en Libye.

«Nous voyons ces derniers jours des navires turcs accompagner des mercenaires syriens arrivant sur le sol libyen», «c'est en contravention explicite avec ce que le Président Erdogan s'était engagé à faire lors de la conférence de Berlin, c'est le non-respect de la parole donnée», a affirmé le Président français.

«C'est attentatoire à la sécurité de tous les Européens et des Sahéliens», a-t-il insisté.

Comme le rappelle l’AFP, Ankara est accusé d'avoir dépêché quelques centaines de combattants syriens en Libye, en soutien à Fayez el-Sarraj, chef du

Gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par l'Onu et en grande difficulté face à l'offensive de son rival, le maréchal Khalifa Haftar, qui contrôle les trois-quarts du territoire libyen.

Conférence de Berlin

Le 19 janvier, la capitale allemande a accueilli une conférence internationale sur la Libye avec la participation de plusieurs pays comme la Russie, les États-Unis, la Turquie et l’Égypte, ainsi que celle de l’UE et de l’Onu. Fayez el-Sarraj, Président du gouvernement d'union nationale, et Khalifa Haftar, commandant de l'Armée nationale, étaient aussi présents, bien que les tentatives d’organiser un dialogue direct entre eux aient connu un échec.

Le principal résultat de cette conférence a été l’appel au cessez-le-feu dans toute la Libye et l’engagement de la part des puissances étrangères à ne pas s’ingérer dans le conflit en respectant notamment l’interdiction de livrer des armes aux belligérants.

Lire aussi:

Manifestations contre le pass sanitaire à Paris: tensions sporadiques et gaz lacrymogène - vidéos
Olivier Véran explique quand le gouvernement mettra fin au pass sanitaire
Frégates FREMM: touché-coulé de Fincantieri sur Naval Group au Maroc?
Martine Wonner affirme à tort que la Garde républicaine a démissionné et ne veut plus protéger Macron
Tags:
Hami Aksoy, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron, Libye, Turquie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook