International
URL courte
6321
S'abonner

Les relations entre la Turquie et l’Otan restant toujours tendues, un expert turc d’étude de l’opinion publique a évoqué pour Sputnik les raisons pour lesquelles plus de la moitié de la population du pays ne soutient pas l’Alliance atlantique.

Selon un sondage réalisé par le Pew Research Center, la Turquie est le pays membre de l’Otan dont la population approuve le moins les activités de cette structure. Ainsi, environ 55% des Turcs ne sont pas enclins à soutenir l’Alliance atlantique. Les raisons de cette attitude négative envers l’Otan ont été commentées dans une interview à Sputnik par Hilmi Dasdemir, dirigeant de la société turque Optimar d’étude de l’opinion publique.

Selon lui, l’absence de soutien des pays de l’Alliance, avant tout des États-Unis, à la Turquie en ce qui concerne la lutte contre le terrorisme a renforcé l’état d’esprit négatif vis-à-vis de l’Otan au sein de la population turque.

«La raison principale de la croissance de cette courbe négative se situe dans l’établissement, au sein de l’opinion turque, d’un lien entre des organisations terroristes comme le mouvement Gülen et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et l’Otan, ainsi que dans les déclarations de hauts responsables de l’Alliance qui justifient les militaires turcs accusés d’avoir tramé un coup d’État en 2016», a-t-il indiqué.

Par ailleurs, il a évoqué les intérêts nationaux de la Turquie et «l’absence dans la population du sentiment que l’Otan soutient l’un de ses pays membres dans le domaine de la garantie de la sécurité nationale», a poursuivi Hilmi Dasdemir.

L’opération turque en Syrie

Selon lui, l’Alliance a pratiquement abandonné et laissé seule la Turquie en Syrie.

«La Turquie ne s’est pas vu livrer le système de missiles sol-air Patriot dont elle avait grandement besoin. Par la suite, les systèmes de DCA qui stationnaient déjà à la frontière méridionale du pays ont été retirés, ce qui est resté gravé dans la mémoire du peuple turc», a-t-il fait remarquer.

L’axe syrien n’est pas le seul sur lequel la Turquie n’a pas été soutenue par l’Otan.

Ainsi, il a relevé l’absence d’approbation quant à «la prospection d’hydrocarbures en Méditerranée orientale, ce qui a généré la croissance d’une attitude négative des Turcs envers l’Alliance».

Les S-400 russes

D’ailleurs, c’est l’Otan qui a de facto obligé Ankara à se doter de systèmes de missiles russes S-400 pour assurer la protection de son territoire, a déclaré il y a une quinzaine de jours le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, cité par le journal saoudien Asharq Al-Awsat.

Recep Tayyip Erdogan avait pour sa part demandé à Washington de livrer à la Turquie les avions furtifs F-35 qu’elle avait commandés ou de lui rembourser l’argent investi.

L’ambiance était déjà électrique entre les deux parties au sommet des 70 ans de l’Alliance atlantique, les 3 et 4 décembre 2019 à Watford, près de Londres, notamment au sujet de l'opération d’Ankara dans le nord-est de la Syrie.

Lire aussi:

Un convoi militaire américain aurait été attaqué dans le sud de l'Irak - vidéos
Un golden retriever joue avec des poussins qui le prennent pour leur mère – vidéo
Un charmant petit golden retriever dort dans un bol – vidéo
Un médecin informe sur l’état de santé des volontaires vaccinés contre le Covid-19 en Russie
Tags:
opinion publique, OTAN, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook