International
URL courte
L'histoire face à des menaces de révision (30)
431429
S'abonner

Face à la campagne antirusse qui se déroule principalement dans l'espace médiatique européen et qui utilise l’histoire comme champ de bataille, Vladimir Poutine a opté pour une «approche démodée très russe» et a déclassifié des documents d’archives soviétiques, selon Modern Diplomacy.

L’Occident mène actuellement une guerre cognitive contre la Russie avec un programme stratégique très sérieux et en se servant de l’histoire comme d’un champ de bataille, constate le think-tank européen Modern Diplomacy.

«Poutine s'est engagé dans la bataille pour défendre l'histoire, la vérité, la mémoire et les significations: une approche démodée très russe. Pourtant, il s’est trouvé une nouvelle arme pour son arsenal après avoir déclassifié des documents d'archives soviétiques», indique le texte.

Et de rappeler que lors d’un récent sommet informel des États post-soviétiques, le Président russe avait donné une impressionnante conférence sur le début de la Seconde Guerre mondiale et avait présenté des documents témoignant du fait qu’elle n’avait pas été déclenchée par l’Union soviétique.

Tentatives de falsification de l’histoire

«L'histoire ne peut pas être réécrite. Cependant, on peut essayer de falsifier son interprétation et de l'adapter à la réalité d'aujourd'hui», affirme Modern Diplomacy.

Le 3 février, le ministre polonais des Affaires étrangères Jacek Czaputowicz a déclaré que Varsovie avait remporté la victoire dans la «débat historique» avec Moscou sur le bilan de la Seconde guerre mondiale.

Le 21 janvier, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki avait déjà accusé l’URSS de «complicité avec l’Allemagne nazie» et avait déclaré que les mérites de l’Armée rouge dans la libération de la Pologne et d’Auschwitz avaient été surestimés.

Hommages à l’Armée rouge

En décembre 2019, après l’adoption par le Parlement européen de la résolution sur l’importance de la mémoire européenne pour l’avenir de l’Europe, Vladimir Poutine avait déclaré que les troupes soviétiques étaient entrées en Pologne «après que le gouvernement polonais avait perdu le contrôle de ses forces armées et de ce qui se passait sur son territoire».

Le rôle décisif des «soldats de la brave Armée rouge» a été rappelé par Emmanuel Macron à l’occasion du 75e anniversaire de la libération du camp d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau.

Un hommage à l’Armée soviétique pour sa contribution à la victoire sur le nazisme a été rendu par le ministre israélien des Affaires étrangères, Israël Katz.

«Israël apprécie l'héroïsme du peuple soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale, le rôle clé de l'Armée rouge dans la victoire sur l'Allemagne nazie et la libération des prisonniers des camps de la mort, en particulier d’Auschwitz», a-t-il déclaré en accueillant Vladimir Poutine à Jérusalem à l’occasion du 75e anniversaire de la libération d’Auschwitz.

Le sénateur russe Alexeï Pouchkov a signalé que les tentatives d’accusation de l’URSS pour le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale représentaient «une atteinte à la position contemporaine de la Russie à travers l'histoire».

«La responsabilité de la Pologne et de bien d'autres pays européens dans le déclenchement de la guerre est très grande», a-t-il révélé à Sputnik.

Dossier:
L'histoire face à des menaces de révision (30)

Lire aussi:

Caricatures: Macron se prononce pour la première fois depuis la polémique sur ses propos
Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un commerçant de Nîmes interdit l’entrée de son magasin aux femmes voilées
Tags:
publication des archives, Seconde Guerre mondiale, Vladimir Poutine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook