International
URL courte
Par
8433
S'abonner

«Brexit done!» Dans son édito pour Russeurope Express, Jacques Sapir revient sur le laborieux divorce entre le Royaume-Uni et l’UE, qui a fini par avoir lieu. Un événement historique qui pourrait, affirme l’économiste, rebattre les cartes du paysage politique britannique autant que mettre l’Union face à ses difficultés internes.

Un édito de Jacques Sapir à retrouver en podcast dans l’émission Russeurope Express du 24 février.

Après plus de trois ans d’incertitudes, de conflits et de déchirements internes, le Brexit, issu du référendum de juin 2016, est devenu une réalité le 31 janvier. L’opiniâtreté, mais aussi un certain sens politique de Boris Johnson, Premier ministre depuis le mois de juillet, ont beaucoup compté.

C’est donc sur le futur qu’il convient maintenant de nous pencher. Que réserve le Brexit, que ce soit pour le Royaume-Uni ou pour l’Union européenne?

Réapparition d'un conservatisme social?

Les effets économiques de cette longue période d’incertitude, qui a couru du vote sur le référendum à l’entrée en vigueur de la sortie du Royaume-Uni de l’UE, a eu des conséquences négatives sur l’économie britannique. Mais bien moins que ce que l’on pouvait craindre, voir pour certains espérer...

De fait, l’économie britannique a bien résisté à ces incertitudes. Le chômage y est bas, les salaires sont en hausse, en partie d’ailleurs du fait de la décision de Boris Johnson d’augmenter le salaire minimum de 6% en début d’année, et l’activité économique reste meilleure que dans l’UE.

Certes, Nathalie Loiseau peut bien ironiser sur Twitter sur la croissance britannique nulle au quatrième trimestre de 2019. Mais c’est oublier que ce même quatrième trimestre fut désastreux en France, avec un recul du PIB de -0,1%, mais aussi en Allemagne ou en Italie. Pour les deux années qui viennent, le FMI annonce d’ailleurs une croissance outre-Manche légèrement supérieure à celle de l’UE.

​Le Royaume-Uni devra relever des défis importants dans les prochaines années. Il devra accroître l’investissement et procéder à un rattrapage des rémunérations les plus basses. Le prédécesseur de Boris Johnson, Mme Theresa May, s’était déjà engagée à l’été 2016 à lancer une campagne de réindustrialisation de l’économie britannique. Très clairement, les espoirs soulevés par ces déclarations, d’ailleurs reprises par le nouveau Premier ministre, n’ont pas compté pour rien dans le ralliement d’une partie des électeurs traditionnels du Parti travailliste aux conservateurs.

C’est là l’aspect le plus intéressant du Royaume-Uni après le Brexit. On peut y voir la réapparition d’une vieille tradition britannique: celle du conservatisme social, qu’illustra Benjamin Disraeli à la fin du XIXe siècle et qui s’était dissoute dans l’idéologie libérale de ces quarante dernières années. Si Boris Johnson tient ses promesses, la vie politique britannique pourrait bien en être profondément changée.

Impossible «retour à la normale»

Mais il n’y a pas qu’en Grande-Bretagne que les années post-Brexit seront intéressantes. Ce divorce annonce en effet plusieurs crises dans l’Union européenne. Il y aura tout d’abord une crise budgétaire. La contribution britannique au budget de l’UE a disparu, or elle était importante. Certains pays, dont les Pays-Bas, se refusent à augmenter leurs cotisations. Le maintien du budget de l’Union sera donc difficile. Cela ne pourra se faire qu’au prix d’un accroissement de la contribution de pays comme l’Allemagne, la France ou l’Italie.

Il y aura ensuite une crise morale de l’UE. Oh, cette dernière n’est pas neuve! Depuis l’échec de la Constitution européenne, le fameux TCE qui avait été rejeté par une majorité d’électeurs français en 2005, on sait bien qu’il y a une crise de l’idée européenne, une crise qui s’enracine aussi dans des pratiques peu démocratiques de cette dernière. Mais là, l’UE est confrontée au scénario qu’elle redoutait tant: voire l’un de ses membres la quitter. Il semble impossible que prévale une attitude de «retour à la normale». Mais toute idée de refondation, voire de simple révision, semble également impossible, tant du fait des structures institutionnelles de cette dernière que des oppositions politiques qui la traversent.

Cette crise de l’UE qui s’annonce aura nécessairement des répercussions dans notre pays. Il est temps, il est plus que temps, que l’on dresse un bilan de l’UE qui ne soit pas convenu, de ce qu’elle coûte à la France et des contraintes qu’elle impose. Bref, nous n’avons pas fini de parler des conséquences du Brexit…

Abonnez-vous au podcast de Russeurope Express pour ne jamais manquer un épisode:

Lire aussi:

Pandémie, en continu: le PIB devrait s'effondrer de près de 10% au 2e trimestre en Allemagne
La visite d’Emmanuel Macron en Seine-Saint-Denis provoque des attroupements en plein confinement – vidéo
Un pont s'effondre en Italie au moment du passage d'une camionnette - vidéo
Tags:
Brexit, Nathalie Loiseau, Theresa May, Boris Johnson, Parti travailliste (Royaume-Uni), Parti conservateur (Royaume-Uni), Union européenne (UE)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook