International
URL courte
6356
S'abonner

Deux Tupolev Tu-142 ont effectué le 26 février un vol d'entraînement au-dessus des eaux neutres des mers de Norvège et de Barents, a annoncé la flotte russe du Nord. Dans le même temps, les bombardiers stratégiques Tu-95 n’ont réalisé aucun vol dans le secteur, contrairement à ce qu’affirmait la presse britannique.

Aucun vol de bombardier stratégique russe Tupolev Tu-95 ne s’est déroulé ce mercredi 26 février au-dessus des mers de Barents et de Norvège, selon le service de presse de la flotte russe du Nord.

«Deux équipages d’avions spécialisés en lutte anti-sous-marine Tu-142 de la flotte du Nord ont effectué un vol d’entraînement au-dessus des eaux neutres des mers de Norvège et de Barents», a indiqué le service de presse.

Selon le communiqué, le vol a duré plus de 12 heures.

«Les équipages se sont entraînés à suivre l’itinéraire tracé au-dessus d’un terrain sans repères, à développer l’esprit d’équipe lors du pilotage dans des conditions d’absence d'aides à la radionavigation au sol», a ajouté le service de presse.

Tous les vols se sont déroulés en stricte conformité avec les règles internationales relatives à l'utilisation de l'espace aérien, a encore fait remarquer le service de presse.

«Les avions Tu-95 n’ont pas effectué de vols dans le secteur», a-t-il ajouté.

Les médias britanniques ont pourtant affirmé qu’une interception avait bien eu lieu.

«Aucune interception n'a eu lieu»

La base Lossiemouth de la Royal Air Force (RAF) a indiqué dans un tweet «qu'un avion non identifié» avait été remarqué «volant vers l'espace aérien britannique», mais que l'appareil était «resté en dehors de notre zone d'intérêt et aucune interception n'a eu lieu».

Deux avions de chasse Typhoon de la RAF et un appareil de ravitaillement Voyager ont décollé dans la journée pour intercepter «un bombardier russe Tu-95» qui aurait été repéré, selon les médias occidentaux, au large des îles Shetland.

Lire aussi:

Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Une «cause extérieure»: le capitaine qui a transporté le nitrate d'ammonium parti en fumée à Beyrouth s’exprime
Après le Covid-19, la Chine voit ressurgir un virus mortel transmis par les tiques
Tags:
mer de Barents, mer de Norvège, avions, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook