International
URL courte
3516
S'abonner

Les scientifiques de l’université Heriot-Watt d’Édimbourg ont identifié un risque potentiel de tsunami dû à un glissement de terrain dans la région choisie par l’Indonésie pour sa nouvelle capitale.

L’Indonésie risque d’être frappée par un tsunami dévastateur qui peut notamment inonder la zone sur l’île de Bornéo que les autorités indonésiennes ont désignée comme le lieu de la nouvelle capitale du pays, ressort-il d’une étude menée par les chercheurs de l’université Heriot-Watt d’Édimbourg.

Selon l’étude, le risque de tsunami est dû aux glissements de terrain sous-marins. Les chercheurs ont cartographié le fond marin dans le détroit de Makassar, entre les îles de Bornéo et de Sulawesi, pour analyser les traces de 19 glissements de terrain qui s’y étaient produits en 2,5 millions d’années.

«Ils ont lieu tous les 160.000 ans environ et varient considérablement en taille. Le plus grand des glissements de terrain comprenait 600 km3 de sédiments, tandis que le plus petit que nous avons identifié était de cinq km3. Il y aura de nombreux petits événements que nous devons encore analyser», explique une membre de l’équipe, Rachel Brackenridge, qui travaille actuellement à l’université d’Aberdeen.

Plus de 1,6 million de personnes dans la zone à risque

Si un glissement de terrain important se répétait aujourd’hui, les villes les plus exposées au risque de tsunami seraient Balikpapan et Samarinda, qui comptent au total plus de 1,6 million d’habitants, selon l’étude.

«Un tel événement pourrait être concentré et amplifié près de la baie de Balikpapan, le site choisi pour la nouvelle capitale de l'Indonésie», met en garde Uisdean Nicholson, chef de l’équipe de l’université Heriot-Watt.

La zone menacée risque de subir un préjudice important puisqu’elle n’est pas dotée de systèmes d’alerte précoce au tsunami, à la différence d’autres régions indonésiennes, rappellent les scientifiques.

Tsunamis en Indonésie

Plus de 4.000 personnes ont été tuées ces deux dernières années par les tsunamis de Palu et d'Anak Krakatau, selon les médias.

Le 26 décembre 2004, un puissant tremblement de terre au large des côtes de l'Indonésie, de magnitude 9 sur l'échelle de Richter, a provoqué des raz-de-marée gigantesques qui ont fait quelque 280.000 morts ou disparus.

Le volcan indonésien Krakatau est responsable de l'une des éruptions les plus meurtrières de l'Histoire. En 1883, il avait causé plus de 36.000 morts, à la fois directement et de par les vagues du tsunami qu'il avait engendré.

Lire aussi:

Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Les Français font davantage confiance à Didier Raoult qu’à Olivier Véran, selon un sondage
Trump annonce que son pays met fin à ses relations avec l'OMS
Tags:
science, glissement de terrain, tsunamis, Indonésie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook