International
URL courte
112133
S'abonner

Dans une interview à la chaîne Fox News, le Président américain a évoqué la possibilité de rompre les relations avec la Chine en raison de la situation liée au coronavirus. Il a en outre expliqué ne pas vouloir pour le moment parler avec son homologue chinois.

Rompre les relations tout court? Cette option à l’égard de la Chine a été mentionnée par le Président américain qui estime qu’une telle décision permettrait à son pays d’économiser 500 milliards de dollars.

«On pourrait faire beaucoup de choses. On pourrait rompre toute relation», c’est ainsi qu’il a répondu à la demande de la présentatrice de commenter la proposition d’un sénateur qui avait suggéré que Washington cesse de délivrer des visas aux étudiants chinois.

«Si on le faisait que se passera-t-il? On économiserait 500 milliards de dollars, si on rompait toute relation».

Et d’ajouter qu’il avait de très bonnes relations avec son homologue chinois, mais que pour le moment il ne voulait pas lui parler.

Menace de sanctions américaines

Le sénateur républicain Lindsey Graham avait plus tôt annoncé avoir soumis une proposition de loi sur la responsabilité du Covid-19 et proposant de sanctionner la Chine si cette dernière ne livre pas un rapport exhaustif sur l’apparition du foyer de coronavirus dans le pays. Huit autres sénateurs du même parti ont soutenu l’initiative.La partie chinoise a par la suite protesté.

Dans ce contexte, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkova déclaré que Moscou jugeaient comme étant infondées les accusations américaines, ajoutant que les reproches au sujet de retard ou d’actions inappropriées de Pékin dans sa gestion de la crise du coronavirus n’avaient aucun fondement.

Lire aussi:

Un camion force son passage parmi des manifestants à Minneapolis prêts à lyncher le conducteur – vidéos
«Cent fois pire»: un nouveau virus prédit pour l’humanité
Le couvre-feu et la Garde nationale à Washington suite aux manifestations devant la Maison-Blanche - vidéos
Tags:
relations, Chine, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook