International
URL courte
3131
S'abonner

Le chef de la diplomatie russe et le vice-Premier ministre libyen en visite à Moscou ont évoqué la perspective d’une trêve entre les forces du GNA de Fayez el-Sarraj et celles de l’ANL du maréchal Haftar.

Alors que les combats ne cessent de ravager la Libye, le vice-Premier ministre du Gouvernement d’union nationale (GNA) qui siège à Tripoli, Ahmed Maïtik, est arrivé mercredi 3 juin à Moscou pour s’entretenir avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Selon une source diplomatique, lors des discussions, la diplomatie russe a appelé les belligérants à se mettre le plus vite possible à la table de négociations.

«Ce qui est important, c’est que les parties libyennes entament des négociations et décident du sort de leur pays avec notre soutien et sous l’égide de l’Onu», a indiqué l’interlocuteur de l’agence.

Les deux parties ont notamment évoqué la perspective d’une trêve entre les forces du GNA et celles du maréchal Haftar, ajoute la source.

Moscou avertit de «conséquences désastreuses»

Plongée dans le chaos depuis 2011, la Libye est divisée en deux camps rivaux: d’une part le GNA dirigé par Fayez el-Sarraj et reconnu par la communauté internationale, de l’autre un gouvernement parallèle soutenu par le maréchal Khalifa Haftar, dans l’est du pays.

En avril, le maréchal Khalifa Haftar, commandant de l'Armée nationale libyenne (ANL), a annoncé son retrait de l’accord politique qui avait conduit à la formation du GNA et le passage du pouvoir aux mains de l’armée.

Fin mai, la partie russe a mis en garde contre les éventuelles «conséquences désastreuses» de la crise libyenne qui n’a pas, selon Moscou, de solution militaire.



Lire aussi:

Le licenciement «secret» de Jérôme Salomon de l’Institut Pasteur en 2012 refait surface
Assaut du Capitole: «Donald Trump et ses supporters sont tombés dans un piège»
Israël intensifie ses bombardements en Syrie, Joe Biden visé?
Pfizer va réduire temporairement ses livraisons de vaccin en Europe
Tags:
Russie, Khalifa Haftar, gouvernement libyen d'union nationale (GNA), négociations, Libye
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook