International
URL courte
4292
S'abonner

L’adoption de sanctions européennes contre plusieurs hommes politiques vénézuéliens, y compris représentant l’opposition, ne fait que rendre toxiques les contacts entre le pouvoir et l’opposition au Venezuela, estime la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

Certains pays européens souhaitent saper tout rapprochement entre l’opposition et le pouvoir au Venezuela et leurs efforts risquent d’entraîner la situation dans une impasse, a déclaré samedi 4 juillet Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

«L’Union européenne a adopté une série de sanctions contre un groupe d’hommes politiques du Venezuela, y compris des représentants de l’opposition qui prônent le dialogue constructif avec les autorités […]. L’objectif est le même, à savoir rendre toxique tout rapprochement entre l’opposition et les partisans de Chavez et empêcher les parties en conflit de trouver des points communs», a indiqué Mme Zakharova.

Selon la porte-parole, les dirigeants des services des Affaires étrangères vénézuéliens et européens ont toutefois réussi à éviter l’élargissement de la crise diplomatique sur fond de sanctions susceptibles de «conduire vers une impasse» au lieu d’encourager le dialogue.

«Les auteurs de ces initiatives reconnaissent ainsi leur impuissance et leur manque d’idées civilisées concernant le règlement de la situation au Venezuela», a conclu Mme Zakharova.

Sanctions de l’UE contre le Venezuela

L'UE a sanctionné le 29 juin 11 responsables vénézuéliens impliqués dans des actions contre l'opposition au gouvernement de Nicolas Maduro, dont Luis Parra qui a tenté de se substituer en mai à Juan Guaido à la présidence du parlement.

Juan Guaido est reconnu comme Président par intérim du Venezuela par une cinquantaine de pays dont la France.

Nicolas Maduro a annoncé le 29 juin l'expulsion de la représentante de l'UE à Caracas, Isabel Brilhante Pedrosa, lors d'un discours au palais présidentiel de Miraflores. Il lui a donné 72 heures pour quitter Caracas.

En 2017, le Venezuela est devenu le premier pays d'Amérique latine à faire l'objet de sanctions de la part de l'UE.

Lire aussi:

Rouen: sept policiers hors service agressés par une vingtaine de jeunes individus
L’UE ne reconnaît pas les résultats de la présidentielle en Biélorussie
Maroc: ce mal criminel attaque les enfants dans un silence de plomb
Tags:
Russie, sanctions, Union européenne (UE), opposition, Venezuela
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook