International
URL courte
15718
S'abonner

S’entretenant avec son homologue russe, Donald Trump a confié qu’il ne souhaitait pas entraîner son pays dans une course aux armements avec la Russie et la Chine. Washington avait déjà entrepris par le passé des tentatives d’associer Pékin aux récentes discussions sur la non-prolifération des armes nucléaires.

Donald Trump et Vladimir Poutine se sont entretenus par téléphone ce 23 juillet, à propos des risques d’une course aux armements, rapporte le porte-parole de la Maison-Blanche, Judd Deere, dans un communiqué:

«Le Président Trump a réitéré son espoir d'éviter une course aux armements coûteuse à trois entre la Chine, la Russie et les États-Unis, et attend avec impatience les progrès des prochaines négociations sur le contrôle des armements à Vienne».

Une publication du Kremlin est venue préciser que le sujet de l’Iran avait également été abordé. Il a en particulier été question du programme d’armement nucléaire de Téhéran.

«La nécessité d'efforts collectifs pour maintenir la stabilité régionale et le régime mondial de non-prolifération nucléaire a été soulignée des deux côtés», rapporte le communiqué de Moscou.

La Chine prête à discuter, à certaines conditions

À l’approche de l’expiration du traité New Start, la Russie et les États-Unis ont entamé une série de négociations sur la poursuite de l’accord. 

La partie américaine réclame la participation chinoise afin de restreindre toutes les armes nucléaires dont les stratégiques. Pékin a refusé à plusieurs reprises d’y participer.

Début juillet, la partie chinoise a finalement annoncé ses conditions pour rejoindre la table des négociations: les États-Unis doivent trancher eux-mêmes dans leur arsenal.

«Je vous assure que si les États-Unis se disent prêts à réduire leur arsenal au niveau chinois, la Chine sera disposée à participer aux discussions dès le lendemain», précisait en conférence de presse M.Fu, directeur général du service de contrôle des armements.

L’expiration du traité approche

Signé par Moscou et Washington, le traité de réduction des armements stratégiques New Start expire en février 2021. 

C’est le dernier traité de contrôle des armements entre les deux pays encore en vigueur. Précédemment, les États-Unis avaient annoncé leur sortie unilatérale du traité Ciel ouvert et s’étaient retirés du traité de défense antimissile (ABM).

Après avoir accusé la Russie de violer le traité sur les Forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), Washington s’en est également retiré. Ces accusations ont été réfutées par Moscou à plusieurs reprises. En août 2019, le traité a officiellement pris fin.

Lire aussi:

«Le port du masque ne sert absolument à rien», lance une conseillère municipale à Nice, causant une polémique
Fraude sociale: les milliards perdus de la Sécu
Covid-19 en Île-de-France: «On assiste à une inversion de l'épidémie»
Tags:
Traité Ciel ouvert, New START (Traité de réduction des armes nucléaires), Vladimir Poutine, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook