International
URL courte
Par
7911
S'abonner

Confirmant que Prague soutenait la société civile en Biélorussie, le chef de la diplomatie tchèque a démenti les accusations formulées par Alexandre Loukachenko selon lesquelles son pays serait derrière les émeutes dans des villes biélorusses.

Ni la République tchèque, ni ses structures prises séparément n’ont de lien avec l’organisation des émeutes en Biélorussie qui ont eu lieu après la tenue de l’élection présidentielle, a annoncé lundi le chef de la diplomatie de ce pays, Tomas Petricek répondant ainsi aux accusations formulées par le dirigeant biélorusse.

«La République tchèque et ses structures prises séparément n’ont pas de rapport avec l’organisation des manifestations en Biélorussie.»

Toutefois, selon le haut diplomate, Prague soutient depuis bien longtemps la société civile biélorusse.

Accusations formulées par Loukachenko

Le lendemain de la nuit d’émeutes dans plusieurs villes du pays, le Président biélorusse a évoqué une piste étrangère à l’origine de ces manifestations.

Pointant du doigt la République tchèque, il a en outre mentionné que les «ficelles» étaient également tirées depuis la Pologne et a pointé du doigt un afflux de personnes depuis la Russie et l’Ukraine.

Situation en Biélorussie

Dimanche soir, plusieurs villes du pays ont été le théâtre de manifestations. Dans le centre de la capitale, Minsk, les protestataires ont érigé des barricades. Pour déloger les manifestants, la police a eu recours à du gaz lacrymogène, à des canons à eau et à des grenades assourdissantes. Les heurts ont fait des blessés et plusieurs personnes ont dû être hospitalisées.

Selon les chiffres de la Commission électorale centrale, à l’issue du vote, Loukachenko est crédité de 81,35% des voix, ce que conteste la candidate Svetlana Tikhanovskaïa. Dans le QG de cette dernière, on refuse de reconnaître les résultats officiels et souligne que, d’après ceux recueillis dans les bureaux de vote à travers la République, Tikhanovskaïa remporte la course avec quelque 70 à 80% des votes. Selon les données officielles, elle n’est créditée que de 8% des suffrages.

Lire aussi:

«Ce n’est pas à l’Azerbaïdjan de faire la loi en France!»: une maire menacée pendant des années par Bakou
Moscou invite Washington à sauver les Américains au lieu de lutter contre le vaccin russe
La maire d’Aix-en-Provence invite Véran à «la fermer» après l’annonce de nouvelles mesures visant sa ville
Tags:
Alexandre Loukachenko, République tchèque, Biélorussie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook