International
URL courte
Tensions en Biélorussie à l’issue de la présidentielle 2020 (93)
10402
S'abonner

En Biélorussie, le parquet a ouvert une enquête contre le Conseil de coordination de l'opposition, accusé de tenter de s'emparer du pouvoir, selon le procureur général Alexandre Koniouk.

Le procureur général biélorusse a annoncé l'ouverture d'une enquête contre le Conseil de coordination de l'opposition. La tentative de prise de pouvoir lui est reprochée.

«La création et l'activité du Conseil de coordination visent à s'emparer du pouvoir d'État, ainsi qu'à porter préjudice à la sécurité nationale de la République de Biélorussie. Une enquête pénale est ouverte pour les actions prévues à l'article 361 du Code pénal», a déclaré Alexandre Koniouk.

L'article 361 portant sur les appels aux actions visant à porter préjudice à la sécurité nationale prévoit une peine de prison allant jusqu'à cinq ans.  

Le procureur a signalé que plusieurs personnes avaient déjà abandonné le Conseil après s'être rendues compte de «l'illégalité de leurs actions».

Protestations en Biélorussie

Des manifestations ont éclaté en Biélorussie le 9 août, jour de la présidentielle. Selon la Commission électorale, Alexandre Loukachenko a recueilli 80,1% des voix. L’opposition considère que Svetlana Tikhanovskaïa a remporté le scrutin et a annoncé la mise en place d'un conseil de coordination de 70 personnes destiné à assurer le transfert du pouvoir. Le Président a répondu que le pouvoir disposait de suffisamment de mesures pour refroidir «certaines têtes chaudes».

Au cours des premiers jours, les manifestations ont été réprimées par les forces de l’ordre: des canons à eau, des lacrymogènes et des grenades assourdissantes ont été utilisés. Selon les données officielles, plus de 6.700 personnes ont alors été interpellées. Des centaines ont été blessées, dont plus de 120 membres des forces de l’ordre, d’après le ministère de l’Intérieur. Trois manifestants ont trouvé la mort.

Dossier:
Tensions en Biélorussie à l’issue de la présidentielle 2020 (93)

Lire aussi:

La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
Nouvelle taxe sur les voitures: les automobilistes en sursis?
Tags:
enquête, opposition, Biélorussie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook