International
URL courte
4512726
S'abonner

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a constaté dans une interview à la télévision russe que Washington ne se gênait «pas vraiment» en demandant aux pays européens de cesser leur coopération économique avec Moscou.

Les autorités américaines appellent ouvertement leurs collègues européens à ne pas développer de collaboration dans le domaine économique avec la Russie, a constaté le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, dans une interview à la chaîne de télévision Rossia-1.

«Les Américains ne se gênent pas vraiment quand ils ont besoin de promouvoir leurs intérêts économiques. Les subtilités diplomatiques, les sous-entendus, les demi-mots ont été rejetés depuis longtemps. Vous avez parlé du secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, avec qui je communique régulièrement, la dernière conversation téléphonique remontant au 16 août. Il revenait alors d'Europe où il avait notamment fait campagne pour que les pays européens, y compris ceux qu’il a visités, ne développent pas de collaboration économique et commerciale mutuellement avantageuse avec la Russie», a-t-il indiqué.

Sergueï Lavrov (photo d'archives)
© Sputnik . Le service de presse du ministère russe des Affaires étrangères
Ainsi, en République tchèque, il a déclaré sans ambages que tous les projets de développement de l’électronucléaire dans le pays devaient être orientés vers les États-Unis et non la Russie, a fait remarquer Sergueï Lavrov.

Les USA et l’Iran

Continuant de d'analyser la politique des États-Unis, il a souligné que les tentatives du pays pour rétablir les sanctions contre l'Iran ne feraient que nuire au Conseil de sécurité de l'Onu. Il a souligné que, dans ce contexte, la Russie tenterait de dissuader Washington d’appliquer le snapback.

«Les États-Unis ne seront pas en mesure de violer la résolution du Conseil de sécurité et de déformer grossièrement le sens de la décision inscrite au registre juridique international, mais ils peuvent porter préjudice au Conseil de sécurité. Nous essaierons d’empêcher nos collègues américains de faire de telles démarches irréfléchies», a-t-il conclu.

Lire aussi:

L’essayiste Soral condamné à payer 134.400 euros à la Licra
La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
Tags:
Europe, Russie, collaboration, Mike Pompeo, Sergueï Lavrov
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook