International
URL courte
29755
S'abonner

Le Département du commerce américain annonce ce 26 août dans un communiqué l’imposition de sanctions contre 24 entreprises chinoises ayant participé à la construction des îles artificielles en mer de Chine méridionale, territoire contesté par plusieurs pays de la région Asie-Pacifique.

Washington a imposé de nouvelles sanctions à 24 sociétés chinoises, informe un communiqué du Département du commerce américain publié ce mercredi 26 août sur le site du ministère. Elles sont sanctionnées pour avoir pris part à la construction des îles artificielles en mer de Chine méridionale, dont les eaux sont revendiquées par plusieurs pays.

«Le Bureau de l'industrie et de la sécurité du Département du commerce américain a rajouté 24 entreprises chinoises à la liste des entités sanctionnées (The Entity List) pour leur rôle dans la construction et la militarisation des îles artificielles en mer de Chine méridionale, condamnées internationalement», précise la note.

Une «construction provocatrice»

Depuis 2013, Pékin a érigé dans cette région des îles artificielles d'une superficie totale de plus de 3.000 hectares, abritant des systèmes de défense antiaérienne et des systèmes d'armes antinavire, indique le communiqué.

Selon le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross, cité dans le document, les sociétés figurant sur la liste «doivent être tenues responsables» car elles «ont joué un rôle important dans la construction provocatrice par la Chine de ces îles artificielles».

Des contentieux en mer de Chine méridionale

Des îles en mer de Chine méridionale sur lesquelles d'importantes réserves d'hydrocarbures ont été découvertes se trouvent depuis des décennies au cœur de litiges territoriaux. Il s’agit principalement de l’archipel de Xisha (îles Paracels), de l’île de Nansha (îles Spratleys) ainsi que de celle d’Huangyan (récif de Scarborough). La Chine se dispute ces territoires avec plusieurs pays d’Asie-Pacifique, à savoir le Japon, le Vietnam et les Philippines.

Position chinoise

Pour la Chine, les Philippines et le Vietnam se servent délibérément du soutien des États-Unis afin de faire monter la pression dans la région.

Dans le cadre d'une action en justice intentée par les Philippines, la Cour permanente d'arbitrage qui siège à La Haye a statué en juillet 2016 que les revendications territoriales en mer de Chine méridionale de Pékin n'avaient aucun fondement. Ainsi, les territoires contestés de l'archipel des Spratleys (Nansha) ne sont pas reconnus comme des îles faisant partie de la zone économique exclusive chinoise. L’empire du Milieu n'a pas reconnu la décision du tribunal.

Côté chinois, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Zhao Lijian a déclaré que les États-Unis tentaient régulièrement de saper la paix et la stabilité dans cette région.

Lire aussi:

Avant de vacciner une ministre, Olivier Véran fait une gaffe et se lance dans l’autodérision – vidéo
Pass sanitaire dans les transports: entrée en vigueur «entre le 7 et le 10 août»
Ce nouveau dispositif chinois censé faire accélérer avions et fusées hypersoniques
Tags:
sanctions, Mer de Chine méridionale, département du commerce des Etats-Unis, îles artificielles
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook