International
URL courte
Par
Navalny empoisonné par un agent de type Novitchok, selon Berlin (53)
262910
S'abonner

Le magazine allemand Der Spiegel écrit que dans les analyses de Navalny avait été trouvée une substance qui est une variante «plus forte» du Novitchok à l’aide de laquelle l’opposant russe a été empoisonné. Cette «révélation» a été qualifiée d’«absurde» par l’un des créateurs de l’agent toxique.

Alexeï Navalny a été empoisonné par une substance qui est une variante «plus forte» de l’agent toxique Novitchok, selon le magazine allemand Der Spiegel, qui se réfère à Bruno Kahl, le chef du Service fédéral de renseignement (BND).

Selon la publication, les spécialistes de l'Institut de pharmacologie et de toxicologie de la Bundeswehr ont analysé le sang et l’urine de Navalny, ainsi que les traces sur la bouteille que l'opposant russe avait sur lui. Ensuite, en se basant sur les résultats de ces analyses, il a été conclu qu’il s’agissait d’une variante «plus forte» de la substance toxique baptisée Novitchok.

«C’est absurde»: un concepteur du Novitchok réagit

Pour sa part, l’un des concepteurs du Novitchok, Léonid Rink, a expliqué que la variante «plus forte» ne faisait pas partie des agents toxiques à composante binaire.

«C'est absurde. La substance sur laquelle Der Spiegel a écrit est une matière qui fond à des températures plus élevées. Dans des conditions normales, elle est solide. Ce n’était pas Novitchok. C'est une matière d'une autre classe. Elle n'a jamais été une arme binaire. Il ne s'agit pas du groupe Novitchok, c'est une substance d'une autre classe», a expliqué Léonid Rink.

Des échantillons auraient été transmis à l'OIAC

En outre, le média allemand a déclaré qu’une délégation de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) était venue à l’hôpital berlinois de la Charité le week-end dernier.

Sergueï Lavrov (photo d'archives)
© Sputnik . Service de presse du ministère russe des Affaires étrangères

Toujours selon Der Spiegel, à la clinique il a été transmis à la délégation de l'OIAC des échantillons des analyses de Navalny pour un examen plus approfondi.

L'OIAC «n'a rien reçu de la partie allemande»

Néanmoins, le secrétaire technique de l'OIAC a répondu qu’il n'avait toujours pas reçu de dossier de l'Allemagne sur Alexeï Navalny, a fait savoir le représentant permanent russe à l'OIAC Alexandre Choulgine.

«Il nous a encore été confirmé que jusqu'à présent, c'est-à-dire jusqu'à aujourd'hui [vendredi 11 septembre, ndlr], que le secrétaire technique de cette organisation n'avait rien reçu de la partie allemande. Pas de résultats des analyses, ni d'autres éléments relatifs à cette affaire. La situation est inacceptable», a martelé Alexandre Choulgine sur la chaîne Rossiya 24.
Hospitalisation de Navalny

Le blogueur et opposant russe Alexeï Navalny a été hospitalisé et placé dans un coma artificiel le 20 août à Omsk, en Sibérie, après avoir fait un malaise à bord d’un avion.

Compte tenu des premières analyses, les médecins russes lui ont diagnostiqué un trouble métabolique qui a provoqué une forte hypoglycémie. Les professionnels de santé d’Omsk n’ont pas trouvé de traces de poison dans son sang ni dans son urine.

Le 22 août, le patient a été transféré dans un hôpital à Berlin.

Le 2 septembre, le gouvernement allemand a déclaré que le Russe avait été empoisonné par une substance appartenant au groupe des agents dont fait partie le Novitchok.

Lundi 7 septembre, l’hôpital universitaire de la Charité de Berlin a déclaré avoir sorti M.Navalny de son coma artificiel et l’avoir débranché du respirateur puisque son état de santé s’était amélioré.

Dossier:
Navalny empoisonné par un agent de type Novitchok, selon Berlin (53)

Lire aussi:

Marine Le Pen dévoile le nom de son ministre de la Justice en cas de victoire en 2022
Un jeune homme tué à coups de couteau et de tesson de bouteille dans le métro de Lyon
Appelés pour des cris et des insultes provenant d’un appartement, les policiers découvrent une drôle de situation
Tags:
empoisonnement, politique, Alexeï Navalny
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook