International
URL courte
Par
354929
S'abonner

Commentant la décision américaine de détruire les respirateurs russes destinés à aider les États-Unis dans la lutte contre le Covid, le porte-parole du Kremlin a rappelé que l’essentiel était d’accorder une aide nécessaire à un moment difficile et «ce que les collègues américains ont décidé de faire après, ce n’est pas notre affaire».

Le porte-parole de Vladimir Poutine s’est exprimé ce mercredi 21 octobre sur la destruction de respirateurs russes livrés aux États-Unis dans la lutte contre le coronavirus.

«Si on se souvient du moment où cette aide a été envoyée, le moment était critique pour tous les pays du monde, et il était critique pour les États-Unis aussi. C’est pourquoi tout ce que la Russie pouvait faire du point de vue de ses capacités technologiques et techniques, elle l'a fait afin d’envoyer cette aide», expose Dmitri Peskov.

Durant cette période, de nombreux pays ont échangé leur aide. Il y a eu «de rares tentatives de la politiser» et la Russie s'y est toujours opposées.

«Et ce que les collègues américains ont décidé de faire après, ce n’est pas notre affaire», a-t-il ajouté.

45 respirateurs russes détruits

Se référant à l'agence fédérale de gestion des secours (FEMA), BuzzFeed a annoncé que les services d'urgence américains avaient détruit les 45 respirateurs russes. Les appareils livrés par Moscou n'ont pas été utilisés aux États-Unis car ils n’étaient pas compatibles avec la tension électrique locale.

L'envoi de matériel russe à New York

Conformément à l’accord obtenu entre Vladimir Poutine et Donald Trump sur la livraison d’aide médicale russe aux États-Unis, un Antonov An-124-100 Rouslan des Forces aérospatiales russes chargé d’équipements médicaux a atterri le 1er avril à l’aéroport John F. Kennedy de New York.

Après avoir reçu l'aide humanitaire russe, le personnel de la FEMA l'a distribuée aux hôpitaux de New York, alors foyer de l'épidémie dans le pays.

Lire aussi:

Des médecins avouent avoir vacciné des moins de 55 ans à l’AstraZeneca malgré une recommandation contraire
Sofagate: Charles Michel s’est repassé «150 fois le film» et «ne dort pas bien»
Véran annonce l’ouverture de la vaccination aux plus de 55 ans
«On n’a pas été écouté»: un réanimateur fait la leçon à Jean Castex
Tags:
aide humanitaire, Covid-19, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook