International
URL courte
Par
Les tensions dégénèrent en guerre dans le Haut-Karabakh (octobre 2020) (69)
61019
S'abonner

Alors que le conflit dans le Haut-Karabakh se poursuit, Ilham Aliev a déclaré dans une interview au quotidien italien La Repubblica que le comportement de l’Arménie prouvait que celle-ci «ne v[oulait] pas que la guerre s'arrête».

Le Président azerbaïdjanais, Ilham Aliev, a déclaré qu'il était prêt à arrêter la guerre dans le Haut-Karabakh à condition que l'Arménie retire ses troupes des «territoires occupés».

«Plus vite sera terminée la guerre, mieux ce sera [...] Je l’ai dit à plusieurs reprises et je peux le répéter encore une fois: si le Premier ministre arménien s'engage à libérer les territoires restants sur le terrain, nous sommes prêts à nous arrêter dès aujourd'hui. Pour l’instant, il n'a pas pris cet engagement», a-t-il affirmé dans une interview au journal italien La Repubblica.

Il a rappelé dans ce contexte que, selon les principes de base des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, cinq secteurs doivent être libérés dans un premier temps, suivis de deux autres.

«Nous avons déjà libéré unilatéralement quatre secteurs. Cela étant, il [le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, ndlr] doit annoncer que les troupes seront retirées des districts restés sous occupation d’Agdam, Kelbadjar et de Latchine. Mais il ne fait pas de déclaration. Ce qui prouve qu'il ne veut pas que la guerre s'arrête», a déclaré Ilham Aliev.

Dans une interview accordée précédemment à la chaîne de télévision Al-Arabiya, Nikol Pachinian avait déclaré qu'Erevan était prêt à des négociations sur le règlement du conflit au Haut-Karabakh, mais que c’était Bakou qui se montrait réticent.

Selon lui, «dès qu'un compromis devient acceptable pour l'Arménie, il devient immédiatement inacceptable pour l'Azerbaïdjan».

La situation dans le Haut-Karabakh

La situation sur la ligne de contact dans le Haut-Karabakh s'est aggravée le 27 septembre dernier. La république autoproclamée a affirmé que l'armée azerbaïdjanaise avait pilonné son territoire, y compris sur sa capitale, Stepanakert. Erevan a annoncé la mobilisation générale et Bakou partielle. La situation s’aggrave du fait du soutien actif fourni à l'Azerbaïdjan par la Turquie, qui est membre de l'Otan. L'Arménie fait partie pour sa part de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) regroupant l'Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Russie et le Tadjikistan.

Le 9 octobre, des négociations arméno-azerbaïdjanaises se sont tenues pendant 11 heures à Moscou et les parties ont convenu d'un cessez-le-feu, ainsi que d'un échange de prisonniers et de corps des soldats tués. Toutefois, les combats se sont poursuivis. Une deuxième tentative d'instaurer une trêve humanitaire a été faite dans la nuit du 18 octobre, mais elle n'a pas conduit non plus à la désescalade.

Une troisième fois, la cessation de la confrontation armée a été annoncée à l'issue de négociations aux États-Unis, qui ont eu lieu le week-end dernier, ce qui n'a pas non plus abouti.

Dossier:
Les tensions dégénèrent en guerre dans le Haut-Karabakh (octobre 2020) (69)

Lire aussi:

Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
L’humoriste de France Inter Guillaume Meurice s’en prend aux commerçants frappés par le confinement
Des outils d’espionnage télécoms israéliens ont été détectés dans ces quatre pays européens
Tags:
Azerbaïdjan, Arménie, Haut-Karabakh, Ilham Aliev
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook