International
URL courte
Par
5818
S'abonner

La Première ministre néo-zélandaise a proclamé mercredi 2 décembre l’état d'«urgence climatique» devant le parlement, appelant à y réagir de manière rapide et cohérente. Le pays rejoint ainsi l'initiative d'une trentaine d'autres dont la France et le Royaume-Uni.

La Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, a déclaré ce mercredi une urgence en matière de changement climatique et s'est engagée à assurer un gouvernement neutre en carbone d'ici 2025, relate le Guardian.

S'exprimant devant le parlement, Jacinda Ardern a appelé à «agir de toute urgence» dans l'intérêt des générations futures.

«Lorsque nous faisons des déclarations, c'est souvent qu'il y a une menace pour la vie, une menace pour les biens et des urgences concernant la sécurité civile», a déclaré la dirigeante de centre gauche. «Si nous ne réagissons pas au changement climatique, nous continuerons à subir ces urgences sur nos côtes».

La Nouvelle-Zélande a donc rejoint le club d'une trentaine d'autres pays ayant déclaré l'«urgence écologique et climatique», dont la France et le Royaume-Uni.

Mesures sur la table

La Première ministre a déclaré que le secteur public sera tenu d'acheter uniquement des véhicules électriques ou hybrides, que le parc automobile sera réduit au fil du temps de 20% et que les 200 chaudières à charbon utilisées dans les bâtiments du service public seront progressivement éliminées, d’après le Guardian.

En outre, la motion déposée devant le parlement appelle le pays à tenir ses engagements dans le cadre de la loi Zéro Carbone 2019 et à atteindre l’objectif de neutralité carbone pour les gaz à effet de serre d’ici 2050.

Mais des partis d'opposition ont décrit cette initiative comme un coup de publicité largement symbolique, car «il n'y a pas de plan approprié pour faire face» à cette urgence, selon le Guardian.

Des progrès peu visibles

La Nouvelle-Zélande ne contribue qu'à 0,17% des émissions mondiales, ce qui est pourtant élevé pour un pays qui compte moins de cinq millions d'habitants. Il est placé au 17e rang sur les 32 pays de l'OCDE.

En outre, ses émissions nettes de CO2 ont augmenté de 60% au cours des deux dernières décennies, la principale source étant le transport et surtout l'agriculture, selon le Guardian.

Des experts, cités par le journal britannique, estiment que la Nouvelle-Zélande est très en retard sur les changements nécessaires. Pour la professeure de sciences politiques à l'université de Canterbury Bronwyn Hayward, l'absence d'action est «embarrassante» et est devenue «intenable».

Lire aussi:

«J’ai fait une bêtise mais elle n’a pas souffert»: l’ex-compagnon de la femme tuée à Alençon se livre
Un mort et plusieurs blessés après une fusillade dans l’Arizona
Alexeï Navalny interpellé à son retour en Russie
Tags:
réchauffement climatique, état d'urgence, Jacinda Ardern, Nouvelle-Zélande
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook