International
URL courte
Par
3517324
S'abonner

Les États-Unis imposent à leurs alliées des plans de recherche en matière d’armes biologiques et déploient des laboratoires à proximité de la Russie, laissant craindre l’apparition des maladies mortelles dans la région, a déclaré à Sputnik Youri Averianov, premier adjoint du secrétaire du Conseil de sécurité de Russie.

Précédemment évoquées par le Président et la Défense russes, les recherches américaines et otaniennes en matière de développement d’armes biologiques sont activement menées ces derniers temps dans plusieurs pays, avance le premier adjoint du secrétaire du Conseil de sécurité de Russie Youri Averianov.

«Pour chaque pays, compte tenu de ses programmes biologiques, les États-Unis développent un plan individuel de recherches, notamment à usage militaire», explique-t-il à Spuntik.

D’après lui, ces recherches sont «imposées de manière contraignante» dans le cadre de programmes mondiaux de partenariat pour la non-prolifération d’armes de destruction massive ainsi que de ceux bilatéraux pour un engagement biologique commun et une coopération pour la réduction des menaces (Nunn–Lugar Cooperative Threat Reduction).

Les risques d’une contamination

M.Averianov fait également état de plusieurs laboratoires militaires biologiques déployés près de la frontière russe.

«Nous sommes particulièrement préoccupés par le fait que des chercheurs en armes biologiques des États-Unis et de l’Otan travaillent à proximité des frontières de la Russie, car des pathogènes dangereux et mortels créés dans ces laboratoires peuvent se retrouver "par hasard" dans l’environnement, entraînant de grandes pertes au sein de la population de la Russie et de ses voisins», poursuit-il.

La Russie menacée par des armes biologiques?

Fin octobre 2018, Vladimir Poutine avait révélé que certaines forces collectaient du matériel biologique à travers toute la Russie et de toutes les ethnies. Par la suite, le Pentagone a confirmé avoir agi ainsi dans le cadre d’«études sur l'appareil locomoteur afin d'identifier divers biomarqueurs associés aux traumatismes». Des explications que Moscou a qualifiées de «farfelues et douteuses», demandant au Pentagone de prouver que la collecte de matériel biologique n’était pas illégale.

Le ministère russe de la Défense avait jugé en avril 2018 «hautement probable» que les États-Unis mènent des tests sur des armes biologiques au Centre de la santé publique américain Richard G.Lugar, ouvert en Géorgie en 2011.

Le 8 avril, dans une interview au quotidien Kommersant, Nikolaï Patrouchev, secrétaire du Conseil de sécurité de Russie, s’était déjà dit préoccupé par l’existence de plusieurs laboratoires américains à proximité de la Russie et la Chine. Il attirait alors l’attention sur des épidémies de maladies inhabituelles pour ces régions détectées notamment non loin de ces locaux.

Lire aussi:

Covid-19: «la stratégie de la peur», dernier outil d’«une élite dépassée»? – vidéo
La Pologne enverra des drones turcs protéger les frontières est de l’Otan
«J'ai vu la pression d'un vestiaire»: des sportifs français évoquent la difficulté de révéler leur homosexualité
Tags:
armes biologiques, Russie, États-Unis, laboratoire
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook