Ecoutez Radio Sputnik
    Pierre Conesa

    Crise avec les États-Unis: l’Iran «ne se laissera pas faire»

    © Sputnik .
    Interviews
    URL courte
    Par
    261225
    S'abonner

    L’attaque d’Abqaiq en Arabie saoudite a aggravé les tensions, palpables cette semaine à l’Onu entre Téhéran et Washington. À quel avenir sont promises les relations irano-américaines? Pierre Conesa, auteur de «La Fabrication de l’ennemi» revient au micro de Sputnik sur ce dossier explosif.

    Pas de photo souvenir entre Donald Trump et Hassan Rohani à New York, pour l’assemblée générale de l’Onu, comme le souhaitait tant Emmanuel Macron. Le Président de la République s’était démené depuis le G7 de Biarritz afin d’apaiser les relations entre l’Iran et l’Occident. Mais rien n’y a fait, les deux chefs d’État ont campé sur leurs positions. Sputnik a interrogé à ce sujet Pierre Conesa, ancien haut fonctionnaire au ministère de la Défense, fin connaisseur des relations internationales, notamment auteur de La Fabrication de l’ennemi (Éd. Robert Laffont).  

    Retrouvez cet entretien sur notre page YouTube

    Les Européens face aux USA

    Pierre Conesa pose d’emblée une question tout à fait pertinente. Si une guerre éclatait entre Washington et Téhéran, comment les Européens se positionneraient-ils? Emmanuel Macron a-t-il les moyens de se dresser face à Donald Trump, à l’instar de Jacques Chirac défiant George W. Bush? Difficile de se prononcer, sachant qu’un tel conflit aurait des répercussions mondiales tant au niveau politique qu’économique.

    «En cas de conflit, ceux qui perdraient, ce serait les Européens. Pour plusieurs raisons, parce qu’ils seraient obligés de se positionner: est-ce qu’il faut y aller avec les Américains ou ne pas aller avec les Américains? Comment évoluerait la relation transatlantique? Rappelez-vous le scénario irakien: la moitié de l’Europe a suivi George Bush et la catastrophe touche tout le monde, y compris nous.»

    Lundi 23 septembre, Emmanuel Macron, Angela Merkel et Boris Johnson déclaraient dans un communiqué commun que «l’Iran porte la responsabilité de l’attaque» du site pétrolier d’Abqaiq, en Arabie saoudite. Quel était l’intérêt d’une telle accusation? Ménager le Président américain pour l’amener à négocier avec l’Iran?

    Une guerre avec l'Iran est-elle possible?

    Les arraisonnements de navires et la destruction de drones dans le détroit d’Ormuz avaient conduit très sérieusement Donald Trump à envisager des frappes contre l’Iran. Il affirmait le 22 juin, «dix minutes avant la frappe, je l’ai stoppée». Pierre Conesa envisage ainsi plusieurs hypothèses:  

    «On est dans une espèce de flou stratégique absolu. Il y a plusieurs scénarios possibles. Premier scénario possible, c’est Colin Powell, à la tribune de l’Onu: “ce sont les Iraniens, on a les preuves, mais on ne vous les montre pas”. Ça peut être le facteur déclencheur d’une guerre. Le deuxième scénario, c’est de dire “maintenant on se calme, on va examiner et entamer des négociations”. C’est la voie qu’essaie d’explorer le Président Macron. Puis le troisième, complètement imprévisible, c’est Mohamed Ben Salmane additionné à Donald Trump, avec en face le Guide de la Révolution, soit une alchimie de gens par nature psychorigides.»

    Pour le spécialiste des relations internationales, l’attaque d’Abqaiq prouve deux choses. Téhéran ne s’avoue pas vaincu d’avance dans un éventuel conflit, d’une part, et la vulnérabilité extrême de l’Arabie saoudite -qui n’a même pas su mener à bien sa campagne militaire au Yémen- de l’autre. Rappelons qu’en 2018, le royaume wahhabite avait le troisième budget militaire au monde. 

    «On est dans une situation où les Iraniens ont tellement été diabolisés depuis la Révolution qu’il faut qu’ils fassent attention à ne pas parler plus haut que leurs capacités militaires. L’attaque contre le site pétrolier montre quelque chose qui me paraît très important: ils ne veulent pas être la victime expiatoire, ils ne se laisseront pas faire. Ce n’est pas peut-être pas eux qui ont envoyé les missiles, mais même si c’est leurs alliés, le Hezbollah, les Houthis... Peu importe, ce qui compte, c’est qu’ils ne seront pas victimes expiatoires et que surtout le premier exposé de ce conflit, c’est l’Arabie saoudite.»

    La vulnérabilité de l'Arabie saoudite 

    Comment expliquer une telle faiblesse de la part des Saoudiens? Les Occidentaux viendraient-ils à leur secours, si Riyad était menacé? L’alliance américano-saoudienne est en effet toujours d’actualité, Donald Trump l’a brutalement fait savoir, en échange d’espèces sonnantes et trébuchantes.

    «L’Arabie saoudite a acheté énormément d’équipements de Défense, pendant des années et des années. À chaque fois, quand ils achetaient des armes, on avait peu d’inquiétudes puisqu’ils ne les utilisaient pas. L’Arabie saoudite n’a jamais fait la guerre à Israël, par exemple. Avec ces achats d’armements, les Saoudiens voulaient avant tout des garanties de sécurité, c’est-à-dire la garantie que l’on viendrait les aider le jour où il y aurait un problème. Ce qu’il s’est passé en 1991.

    Le scénario a complètement changé avec la guerre au Yémen. Tout à coup, on s’aperçoit que les armes qu’on leur a vendues, ils les utilisent de manière effrayante au Yémen, puisqu’ils ne mènent qu’une campagne aérienne. Il n’y a pas de troupes saoudiennes au sol. Et donc, ils bombardent et tuent à profusion. On ne peut pas se cacher, ces armes servent à un massacre pour une guerre dont la légitimité n’est pas du tout établie.»

    De là se pose une nouvelle problématique: les États-Unis sont-ils encore les alliés des Européens? Le séisme de l’élection de Donald Trump a fait prendre conscience à certains dirigeants occidentaux de leur solitude. La ligne gaullo-miterrandienne dont s’est réclamé Emmanuel Macron durant la campagne en 2017 est-elle en train de prendre le pas sur «l’État profond», ou la «secte des néoconservateurs» au Quai d’Orsay et à l’Hôtel de Brienne? Pierre Conesa nous éclaire à partir de son expérience au ministère de la Défense.

    «On se refuse à regarder les États-Unis comme un risque. Quand on était dans la rédaction du deuxième Livre blanc -à l’époque, ça devait être en 2004, 2005, juste après l’invasion de l’Irak et le refus de Chirac de suivre George Bush-, j’ai participé à un groupe de travail pour l’écriture de ce Livre blanc, et j’avais fait un papier, intitulé: “Y a-t-il un risque américain?” C’était une question importante, puisqu’on avait à la Maison-Blanche des gens qui pouvaient décider unilatéralement d’une guerre sur la base d’un mensonge. Mon patron m’avait dit, “vous avez raison, mais je ne peux pas l’écrire.”»

    Lire aussi:

    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    La France va expérimenter dès 2020 une «monnaie centrale digitale»
    Premières dégradations à Paris en marge de la manifestation du 5 décembre - images
    Tags:
    ONU, Emmanuel Macron, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik