Interviews
URL courte
Par
Le déconfinement en France (70)
11724
S'abonner

Un constat glaçant sur l’état de la France, accompagné d’espoirs pour retrouver la France de son enfance, celle des Trente Glorieuses, voilà le contenu du nouveau livre de Jean Lassalle, «Aurore ou crépuscule Résistons!». Après avoir lu son livre, Sputnik a interrogé le député des Pyrénées-Atlantiques.

C’est un signe qui ne trompe pas, lors de la crise du coronavirus et à l’occasion du déconfinement, les citadins se sont rués sur les résidences en périphérie des métropoles ou à la campagne.

Va-t-on vivre un exode urbain? Rien n’est moins sûr pour le moment, mais ce mouvement témoigne d’une volonté soudaine de la population française de renouer avec sa campagne, après un confinement forcé. Un sentiment renforcé par les enseignements de la crise sanitaire, notamment sur les failles de la mondialisation. C’est d’ailleurs le pari de Jean Lassalle, auteur de Aurore ou crépuscule Résistons! (Éd. Cherche Midi), paru ce 4 juin. Écrit avant la pandémie, il n’en contient pas moins un diagnostic franc et courageux.

Résister à quoi?

Le confinement avait offert une belle image du truculent député, entouré de ses trois fils, dont un rugbyman professionnel. Chez lui, à Lourdios-Ichères –dans sa vallée d’Aspe natale–, on le voyait manier la tronçonneuse et la débroussailleuse. Revenu sur le terrain de la politique, il s’applique méticuleusement dans ce livre à débroussailler ce qu’il appelle «la force d’occupation», la globalisation et le «capitalisme financiarisé». S’inquiétant pour l’avenir du pays, se plaignant de l’état de la démocratie, il tronçonne à tour de bras politiques, fonctionnaires et médias:

«Encore faut-il résister aujourd’hui au monde inhumain qui s’est emparé de nous depuis une vingtaine d’années, un monde basé sur le capitalisme financiarisé, outrancier, qui a totalement pris en main nos gouvernements, la classe politique de la plupart de nos pays, en même temps que nos hauts fonctionnaires –et maintenant la classe médiatique–, parce que la plupart des journaux sont aux mains des grands propriétaires du CAC 40.»

C’est ce qu’il appelle le crépuscule, un système supranational «établi au seul profit des puissants». Il voit en outre «notre grand pays sortir peu à peu de l’Histoire»: selon lui, la France et l’Europe ne sont «plus qu’un vaste marché à conquérir» et prévient que «nous sommes tous archidépendants d’une puissance qui n’est pas armée, mais tout aussi redoutable». L’assujettissement vis-à-vis des GAFA durant la crise sanitaire n’est qu’un exemple parmi d’autres de ce processus.

Les multinationales de l’Internet (le «WebSoft») ont d’ailleurs réussi à renforcer leur hégémonie durant la pandémie. Le chiffre d’affaires du secteur –dont Amazon représente plus du tiers– a bondi ce premier trimestre de 17,4%, selon la banque italienne Mediobanca. Un secteur qui a été tiré par les services Cloud essentiels pour le télétravail, le commerce en ligne et les nouveaux abonnements de loisirs. Alors que la plupart des grandes puissances sont confrontées à une augmentation du chômage et à une baisse drastique de leur croissance, ces entreprises ont versé des dividendes à leurs actionnaires, avec une hausse moyenne de 11%. à ce propos, le député parle d’un «totalitarisme mou d’un genre inédit» qui n’a «pas de visage, pas d’armée».

Lassalle, un «homme proche du terrain»

Au long des lignes de ce livre, l’ancien candidat à la présidentielle en 2017 met en garde: «attention, nous sommes très fragiles et très vulnérables». Il souhaite revenir à «l’aurore» qu’il appelle de ses vœux, pour retrouver le modèle universaliste et renouer avec les territoires. Se défendant de tout utopisme ou angélisme, il rappelle l’étiquette d’«homme proche du terrain» dont il est affublé, mais dont il joue régulièrement pour avancer ses pions. Qui ne se rappelle pas ses principaux faits d’armes, comme sa grève de la faim en 2006 dans la salle des Quatre-Colonnes du Palais-Bourbon pour s’opposer à la délocalisation d’une usine, quand il entonna un chant occitan «Se Canto» en pleine séance de l’Assemblée nationale ou encore quand il arbora avec fierté un Gilet jaune dans l’hémicycle, malgré les admonestations de Richard Ferrand? En 2013, il accomplit même un tour de France à pied, long de 6.000 km en neuf mois pour prendre le pouls des Français:

«Il faudra certainement attendre longtemps pour retrouver un député, du moins en France, qui se mette autant en danger lui-même pour alerter ses compatriotes, d’une certaine idée de l’humanité, de la civilisation, sur les dangers mortels qu’elle encourt. Il est encore temps de se ressaisir», lance-t-il en guise d’autosatisfecit.

Il se plaint même d’avoir été copié par le Président de la République: «Emmanuel est arrivé, il a fait deux fois le tour du salon, il a dit “En Marche” et ça a marché». En écho aux cahiers de doléance de 1789, il a lancé les cahiers de l’espoir, qui seront repris par le PCF et finalement par le Grand débat national en 2019. Copié, mais «pas écouté», selon lui. Face à un système qu’il juge établi au seul profit des puissants, celui qui a pris ardemment la défense des Gilets jaunes monte à nouveau au front pour saluer les Français.

«Malgré tout, le peuple a tenu bon. Le peuple ne nous a jamais déçus, dans le fond. Le peuple a beaucoup souffert de ce confinement, mais il a été présent au rendez-vous. Nos élites ne l’étaient pas.»

Emmanuel Macron
© Sputnik . Irina Kalachnikova
Restant toujours dans l’incantation vague pour ce qui est de son programme politique, Jean Lassalle redevient précis quand il s’agit des problématiques rurales.

Le monde d’après de Jean Lassalle

Celui qui a été maire de Lourdios-Ichères durant quarante années se plaint que l’interdiction du cumul des mandats ait «chassé» les maires de l’Assemblée nationale, l’un des piliers de la démocratie. Il demande ainsi l’abrogation de la Loi NOTRe de 2015 sur l’organisation territoriale, et souhaite faire du retour à la campagne, une grande cause nationale, afin notamment de relancer le modèle de l’agriculture familiale.

«Comment avons-nous pu devenir stupides au point de nous entasser depuis près de deux siècles dans de grandes conurbations? […] Nous ne pouvons continuer avec cet entassement d’un côté sur 20% du territoire d’une population hébétée, et de l’autre côté sur 80% du territoire désertifié, une population abandonnée, livrée à elle-même, privée des services publics, privée de toute relation.»
Dossier:
Le déconfinement en France (70)

Lire aussi:

Un scientifique nucléaire iranien de haut rang assassiné près de Téhéran - images
Comment les policiers ont justifié les coups portés sur le producteur de musique à Paris
La Russie proteste suite à la violation de sa frontière par un destroyer US et se dit prête à réagir aux provocations
Tags:
GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon), Emmanuel Macron, Jean Lassalle
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook