Ecoutez Radio Sputnik
    Ahmed Gaid Salah, le chef de l'armée algérienne

    L’armée algérienne répond au Parlement européen, mettant en garde tous ceux «qui voudront jouer avec le feu»

    CC BY-SA 4.0 / Lamraoui.lamin / Ahmed Gaid Salah With the army
    Maghreb
    URL courte
    Par
    Débat au Parlement européen sur l’Algérie (11)
    7912329
    S'abonner

    Le chef d’état-major de l’armée algérienne a répondu aux déclarations de la présidente de la sous-commission des droits de l’Homme du Parlement européen, affirmant que ce qui se passait en Algérie était une affaire strictement interne.

    Les propos tenus, samedi 28 septembre, par Marie Arena, présidente de la sous-commission des droits de l’Homme du Parlement européen, annonçant une audition avec «un certain nombre d’acteurs» du mouvement du 22 février en Algérie, ont été considérés par bon nombre de politiques algériens comme «une tentative flagrante d’ingérence», visant à perturber la tenue de la présidentielle du 12 décembre.

    Le lundi 30 septembre, dans un discours prononcé à Oran, dans l’ouest de l’Algérie, à l’occasion de sa visite de travail dans la deuxième région militaire, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), a répondu aux déclarations de la responsable européenne.

    «J’ai souligné à maintes reprises qu’il y a des parties étrangères hostiles qui complotent contre l’Algérie et qui tentent de s’immiscer dans ses affaires internes avec une complicité flagrante de la bande [de l’ancien régime de Bouteflika, ndlr], à l’intérieur, et que nous mettons en garde de jouer avec le feu», a déclaré le chef d’état-major de l’ANP, affirmant que «ce sont des tentatives désespérées qui ont essentiellement pour but de porter atteinte à la stabilité et à la sécurité de l’Algérie et de son peuple».

    Sur la même lancée, le général Gaïd Salah a réitéré «que ce qui se passe en Algérie est une affaire interne qui concerne seuls les Algériens, et que le peuple, aligné aux côtés de son armée, saura comment faire face à ces manœuvres, qui seront vouées à l’échec».

    En conclusion, le chef de l’ANP a affirmé qu’il tenait «à dire à ces outranciers de se soucier de leurs affaires et des problèmes de leurs pays, l’Algérie saura comment triompher et sortir de sa crise, forte de son peuple, et sûre par son armée». Cette armée qui ne laissera pas «l’Algérie, […], en proie aux instigations et aux complots d’un petit groupe de personnes, […], qui planifient de perturber la fête de l’élection présidentielle», a-t-il conclu.

    Les déclarations de Marie Arena

    Dans un enregistrement publié sur les réseaux sociaux, Marie Arena a affirmé que le Parlement européen avait apporté ce samedi son soutien au mouvement de contestation populaire en Algérie, annonçant une audition avec «un certain nombre d’acteurs» du Hirak, le mouvement de protestation de février.

    «C’est la 32e manifestation organisée en Algérie contre le régime algérien actuel. Aujourd’hui les manifestants sont des hommes, des femmes, des jeunes, des moins jeunes qui demandent la démocratie en Algérie. Nous les soutenons ici au Parlement européen en organisant une audition avec un certain nombre d’acteurs de la révolution actuelle en Algérie», a déclaré la responsable européenne.

    Elle a affirmé que les manifestants dans le pays «demandent effectivement et bien sûr que des élections soient organisées mais pas sous le modèle actuel, pas sous le régime actuel, pas avec les règles du régime actuel. Ils demandent qu’il y ait des changements au niveau de la Constitution, qu’il y ait un pluralisme politique, qu’il y ait une liberté d’expression et d’association, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui en Algérie».

    «Plus de 83 personnes ont été arrêtées arbitrairement depuis ces manifestations», a-t-elle ajouté, précisant que «nous plaidons pour que toutes les arrestations politiques, tous les prisonniers politiques soient libérés pour qu’il puisse vraiment y avoir un vrai débat, un vrai débat démocratique en Algérie. Nous les soutenons ici au Parlement européen, nous continuerons à suivre la situation en Algérie».

    La Commission européenne se démarque

    Le lundi 30 septembre, dans une déclaration à l’Algérie Presse Service (APS), Maja Kocijancic, la porte-parole du Service européen pour l'action extérieure, a précisé la position de l’Union européenne (UE) sur la crise en Algérie, après la polémique déclenchée par les propos de Mme Arena.

    «L’UE suit avec beaucoup d’attention les développements en Algérie et a encouragé depuis le début les Algériens à œuvrer à une issue démocratique et pacifique dans un esprit de dialogue et de responsabilité. Nous maintenons cette ligne», a-t-elle déclaré, soulignant que «nous espérons que les élections contribueront à répondre aux aspirations profondes du peuple algérien, dans le respect des droits fondamentaux et dans un climat d’apaisement».

    Par ailleurs, Mme Kocijancic a souligné qu’il était «important que les libertés d’expression, d’association et de réunion soient garanties aux citoyens comme prévu par la Constitution de la République algérienne», affirmant que ces droits fondamentaux «se trouvent au cœur des relations entre l’UE et l’Algérie».

    En conclusion, soulignant l’importance du partenariat entre l’UE et l’Algérie, la responsable a réaffirmé l’engagement de l’UE «à continuer à approfondir les relations avec l’Algérie, dans le respect de la souveraineté du peuple algérien».

    Dossier:
    Débat au Parlement européen sur l’Algérie (11)

    Lire aussi:

    Une femme enceinte affronte un «énorme» aigle qui attaque son chien
    Un requin tente de pénétrer dans une cage de plongeurs et trouve la mort – vidéo
    Israël envisage de frapper l’Iran pour l’empêcher d’accéder à l’arme nucléaire
    Tags:
    Union européenne (UE), Parlement européen, droits de l’homme, élections, vote anticipé, Ahmed Gaïd Salah, Armée nationale populaire algérienne (ANP), Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik