Maghreb
URL courte
Par
251205
S'abonner

À Tamanrasset, dans le sud de l’Algérie non loin de la frontière avec les pays du Sahel, l’Armée algérienne a procédé à des tirs réels avec le système antiaérien russe Bouk-M2E, visant des drones comme cibles volantes, annonce un communiqué de la Défense nationale.

L’Armée nationale populaire (ANP) algérienne a procédé mercredi 5 février à des exercices de tirs réels engageant le système antiaérien russe Bouk-M2E et un drone cible Enics E95M, également de fabrication russe, indique un communiqué du ministère algérien de la Défense nationale (MDN).

«Ce matin et au niveau du champ de tirs et de manœuvres à Silat, relevant du secteur militaire de Tamanrasset, monsieur le général-major a supervisé l’exécution de tirs avec missiles sol-air [Bouk-M2E, ndlr] contre des objectifs aériens ennemis [des drones cibles Enics E95M, ndlr]», affirme le communiqué du MDN. «Ces tirs ont été couronnés d’un grand succès en atteignant les cibles aériennes», précise la même source.

Système Bouk-M2E, à qui s’adresse le message?

Le système de missiles sol-air de moyenne portée Bouk-M2 (code Otan: SA-17 Grizzly), dont le Bouk-M2E est la version exportable, est destiné à détruire les cibles aérodynamiques: des appareils de l'aviation stratégique et tactique, des hélicoptères et missiles de croisière, ainsi que des missiles d'aviation et balistiques tactiques notamment des missiles antiradar, des armes de haute précision, des cibles terrestres et maritimes de surface.

L’armée algérienne procède à des tirs réels engageant le système antiaérien russe BOUK M2E à Tamanrasset, dans le sud de l’Algérie
© Sputnik . Sputnik via le Ministère algérien de la Défense nationale (MDN)
L’armée algérienne procède à des tirs réels engageant le système antiaérien russe BOUK M2E à Tamanrasset, dans le sud de l’Algérie

Dans le sillage de l’annonce faite par les États-Unis d’un possible retrait partiel du Sahel, le docteur Abdelkader Soufi, enseignant à l’Université de Blida en Algérie et expert en études stratégiques et politiques de défense, a affirmé dans une déclaration à Sputnik que «les États-Unis ont des bases militaires en Afrique, dont une flambant neuve au Niger [dans la région du Sahel, ndlr] où 800 soldats sont stationnés, équipée de moyens d’espionnage et de renseignement sophistiqués et de drones».

«L’armée américaine a dépensé 100 millions de dollars pour construire la base du Niger qui représente un intérêt majeur, sachant que d’un point de vue géostratégique, ce pays est un point pivot par rapport à l’Algérie, la Libye, au Mali, au Nigeria et au Burkina Faso», explique M.Soufi.

L’armée algérienne procède à des tirs réels engageant le système antiaérien russe BOUK M2E à Tamanrasset, dans le sud de l’Algérie
© Sputnik . Sputnik via le Ministère algérien de la Défense nationale (MDN)
L’armée algérienne procède à des tirs réels engageant le système antiaérien russe BOUK M2E à Tamanrasset, dans le sud de l’Algérie

Le général-major Saïd Chengriha, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP) algérienne
© Photo. Sputnik via le Ministère Algérien de la Défense Nationale
Par ailleurs, également dans une déclaration à Sputnik, l’ex-colonel des services de renseignement algériens Abdelhamid Larbi Chérif a expliqué que cet exercice effectué par l’ANP «visait à mettre en place un ensemble complet de fermeture hermétique des frontières algériennes».

Ainsi, selon lui, l’activité de la base américaine au Niger «est complètement neutralisée par la conjonction du système antiaérien Bouk-M2E et le système de brouillage et de guerre électronique Krassoukha-4». «Ce qui rend la présence militaire américaine au Niger complètement inutile, devenant une perte financière sèche pour l’armée américaine», a-t-il conclu.
L’armée algérienne procède à des tirs réels engageant le système antiaérien russe BOUK M2E à Tamanrasset, dans le sud de l’Algérie
© Sputnik . Sputnik via le Ministère algérien de la Défense nationale (MDN)
L’armée algérienne procède à des tirs réels engageant le système antiaérien russe BOUK M2E à Tamanrasset, dans le sud de l’Algérie

Le système Krassoukha-4

Le système mobile de lutte radioélectronique Krassoukha-4 est destiné à faire face à des radars terrestres et aériens, y compris les systèmes AWACS. Cet appareil peut bloquer le fonctionnement de tout radar existant dans un rayon de 300 kilomètres. Qui plus est, le bruit créé par le Krassoukha-4 neutralise les systèmes de commande et de communication des drones. Si les données du constructeur sont exactes, ce système peut réduire à néant l’actuelle tactique du Pentagone qui consiste en des essaims de drones de petite taille capables d'agir en groupe.

​Les équipements du Krassoukha trouvent des sources de signaux radioélectroniques, établissent leurs fréquences et leurs coordonnées, puis son système de brouillage perturbe efficacement le signal. Les livraisons des systèmes Krassoukha à l'armée algérienne ont débuté en 2012. Chaque système consiste en deux véhicules transportant des équipements spéciaux.

Lire aussi:

La Chine menace les États-Unis de sanctions après une loi américaine sur Hong Kong
L’Armée de l’air d’un pays maghrébin classée première puissance en Afrique par Military Watch Magazine
Un astéroïde frôlera la Terre en septembre, passant cinq fois plus près que la Lune, avertit la NASA
Tags:
exercices militaires, Bouk-M2, Krassoukha, Krassoukha-4, Armée nationale populaire algérienne (ANP)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook