Maghreb
URL courte
Par
21323
S'abonner

Jugé à Alger pour des soupçons de corruption concernant des promotions immobilières avec Kamel Chikhi, le principal accusé dans l’affaire des 701 kilogrammes de cocaïne saisis en mai 2018 à Oran, Khaled Tebboune, fils de l’actuel chef de l’État algérien, a été acquitté mercredi 26 février par la justice.

Le 29 mai 2018, 701 kilogrammes de cocaïne ont été saisis par la Marine algérienne à bord d'un bateau dans le port de la ville d'Oran, dans l’ouest de l’Algérie, lequel était supposé transporter de la viande rouge importée du Brésil pour le compte de Kamel Chikhi surnommé «Kamel le boucher». L’enquête menée par les services de sécurité a révélé que ce dernier, également promoteur immobilier, était impliqué dans des affaires de trafic d’influence concernant plusieurs promotions immobilières. Ainsi, Kamel Chikhi a été jugé avec plusieurs magistrats et personnalités publiques, dont le fils de l’actuel Président de la république Abdelmadjid Tebboune.

Le fils du Président acquitté

Cette affaire a été jugée mercredi 26 février au tribunal de première instance de Sidi M’Hamed, à Alger.

Kamel Chikhi, le principal accusé, a écopé d’une peine de huit ans de prison ferme assortie d'une amende d'un million de dinars (7.600 euros) pour octroi de pots-de-vin à des responsables et des fonctionnaires en contrepartie de services, a rapporté le site d’information Algérie 1 qui précise que le tribunal a également condamné l'accusé à une interdiction, pendant cinq ans, de conclure des marchés publics, outre le versement de 10 millions de dinars (76.000 euros) au trésor public.

Lors du procès, M. Chikhi a innocenté Khaled Tebboune, assurant à la barre que ce dernier n’avait jamais intercédé en sa faveur auprès de quelque administration que ce soit.

Ainsi, le tribunal a acquitté le fils du chef de l’État ainsi que l'ancien procureur de la République près du tribunal de Boudouaou, Hadef Meslem, et le procureur général adjoint près du même tribunal Hocine Sadek de toutes les charges retenues contre eux, a précisé le média.

Les autres condamnations

Dans le cadre de cette affaire, le tribunal de Sidi M’Hamed a condamné l'ex-président de l'Assemblée populaire communale de Ben Aknoun, Kamel Bouarab, à six ans de prison ferme assortis d'une amende d'un million de dinars.

L’ancien chauffeur de l'ex-directeur général de la Sûreté nationale, Abdelkader Ben Zahra, le général-major Abdelghani Hamel, également en prison avec des membres de sa famille pour des affaires de corruption, et le fils de l'ancien wali (préfet) de la wilaya (région) de Relizane, Djalal Eddine Lemehal, ont été condamnés, quant à eux, à quatre ans de prison ferme assortis d'une amende de 100.000 dinars (760 euros), a indiqué Algérie 1.

Lire aussi:

Comment éviter l’«effondrement» de la France qui vient? Laurent Obertone donne ses 10 lois «pour vaincre» – vidéo
Un certain nombre de départements français vont introduire un couvre-feu, selon le gouvernement
Radicalisme religieux: l’islamisme qui cache la forêt?
Tags:
Abdelmadjid Tebboune, Journée internationale de lutte contre la corruption, lutte contre la corruption, Fondation anti-corruption, corruption, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook