Maghreb
URL courte
Par
231
S'abonner

«Les indicateurs financiers sont restés à des seuils raisonnables et les réserves en devise du pays couvrent aisément 136 jours d’importation», a assuré le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie sur Jawhara FM. Selon lui, l’État est en mesure de payer les salaires ainsi que de fournir eau et électricité.

Tandis que le président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) tunisienne Rached Ghannouchi a déclaré que l’État pourrait ne plus payer les salaires et fournir l’eau et l’électricité, le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie Marouane Abassi affirme qu’il y a assez de liquidités pour que le l’État s’acquitte de ses obligations. Il a répondu à la polémique jeudi 6 août sur Jawhara FM, soulignant qu’il n’y avait nulle crainte quant à la fourniture d’eau et d’électricité.

«Les indicateurs financiers sont restés à des seuils raisonnables et les réserves en devise du pays couvrent aisément 136 jours d’importation, soit une hausse de 46 jours par rapport à l’année dernière», a déclaré M.Abassi, annonçant que même les déficits des balances commerciales et des paiements avaient baissé, respectivement de 3,5% et 8,8%, a-t-il précisé.

Le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie est catégorique: «Il n’existe aucun problème de liquidité pouvant empêcher l’État de payer les salaires des fonctionnaires [800.000 au total, ndlr] des mois d’août, septembre et octobre». Dans le même sens, il a dit que l’État continuerait à fournir «normalement l’eau potable et l’électricité».

Enfin, dans le contexte de la crise économique générée par le Covid-19 qui impacte particulièrement les secteurs de l’industrie et du tourisme, Marouane Abassi a appelé les Tunisiens à «rationaliser leur consommation et à garder un bon rendement au travail pour que l’économie du pays puisse continuer à fonctionner correctement».

Les déclarations de Rached Ghannouchi

Le 5 août, lors d’une réception au siège de son parti Ennahdha, le président de l’ARP a déclaré que l’État était dans un tel état de déficit qu’il pourrait ne plus subvenir aux besoins de la population. L’eau, l’électricité et les salaires des fonctionnaires ont notamment été évoqués.

«Le plus grand problème auquel fait face le gouvernement est la situation économique et sociale à cause du nombre croissant de pauvres et de démunis», a souligné M.Ghannouchi, prévenant qu’«il y a un risque que l’État ne puisse plus payer les salaires des fonctionnaires et fournir l’eau et l’électricité à la population».

Selon lui, l’exclusion sociale que certains (sans les nommer) pratiquent dans le pays et la dévalorisation (d’un point de vue moral) de l’importance du travail sont les deux principales raisons de la crise économique que traverse la Tunisie.

Lire aussi:

L’essayiste Soral condamné à payer 134.400 euros à la Licra
La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
Tags:
tarifs de l'électricité, coupures d’électricité, hydroélectricité, électricité, eau, salaire, banques, Ennahdha, Rached Ghannouchi, ministère tunisien du Tourisme, PDL Tunisie, Tunisie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook